L'Australie affirme dimanche avoir accompli des progrès "substantiels" dans la protection de la Grande barrière de corail, menacée d'être placée par l'Unesco sur la liste des sites du patrimoine mondial en danger.
L'Australie affirme dimanche avoir accompli des progrès "substantiels" dans la protection de la Grande barrière de corail, menacée d'être placée par l'Unesco sur la liste des sites du patrimoine mondial en danger. — Ray Berkelmans AIMS

ENVIRONNEMENT

Patrimoine mondial: Un tiers des sites naturels menacés par l'exploitation industrielle

61% des sites naturels africains classés sont exploités, contre 10% des sites européens ou nord-américains...

L’exploration et l’exploitation pétrolière, gazière et minière toucherait en moyenne près d’un tiers des sites du Patrimoine mondial naturel. Ainsi, Sur les 229 sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco, 70, (soit 31 %) sont concernés par des activités d’extraction ou l’octroi de concessions empiétant sur leur territoire. Au total, 444 concessions minières et 77 pétrolières ou gazières ont été recensées sur les 229 sites naturels.

En Europe et en Amérique du Nord, seuls 7 des 71 sites, soit 10 %, sont touchés

Il existe des disparités notables entre les continents. En Europe et en Amérique du Nord, seuls 7 des 71 sites, soit 10 %, sont touchés. Mais le pourcentage grimpe à 61 % en Afrique, où 25 des 41 sites sont concernés. Il est, par ailleurs, de 34 % dans la zone Asie-Pacifique (24 sites sur 70) et de 31 % en Amérique latine et dans les Caraïbes (13 sur 41).

Ces chiffres alarmants ont été révélés par WWF (World Wide Fund ou Fonds mondial pour la nature, ONG œuvrant pour la protection de l’environnement) dans un rapport rendu public, jeudi, et réalisé en partenariat avec les sociétés de gestion d’actifs Aviva Investors et Investec Asset Management.

Exploitation des sous-sols et espèce en danger

Le rapport souligne que les 229 sites inscrits au Patrimoine mondial « représentent moins de 1 % de la surface de la Terre mais abritent de nombreuses espèces en danger comme les gorilles de montagne, les tigres de Sumatra, les tortues géantes et rhinocéros blancs ». Outre d’évidents dégâts irréversibles, une telle exploitation des sous-sols porte préjudice aux communautés locales, même si elles en tirent des bénéfices immédiats. Elle menace, en effet, le développement de secteurs comme le tourisme, la pêche et les énergies renouvelables qui, « bien gérés, peuvent assurer les moyens de subsistance des habitants » à long terme.

Australie : La justice suspend un projet minier menaçant la Grande barrière de corail

Sous forme de mise en garde, WWF rappelle toutefois que les investisseurs qui envisagent de soutenir des entreprises d’extraction travaillant à proximité ou au sein des sites naturels s’exposent à des risques financiers et à une dégradation de leur image.