Madagascar: Près de 800 bébés tortues découverts à l'aéroport

ANIMAUX Au moins une vingtaine de ces reptiles en voie d'extinction n'ont pas survécu...

20 Minutes avec AFP

— 

Une tortue radiée.
Une tortue radiée. — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA

Les bestioles étaient cachées dans des chaussettes entre des couches pour bébé. La douane malgache a réalisé une saisie record de 771 bébés tortues menacées d’extinction, ont annoncé ce lundi les autorités aéroportuaires. Les animaux étaient en partance pour Kuala Lumpur, en Malaisie.

« On est en train de rechercher le propriétaire de ces marchandises, mais pour le moment, toutes les recherches sont restées infructueuses », a déploré Haja Rakotoharimalala, responsable des douanes à l’aéroport international d’Antananarivo.

« On est ici en présence d’un record malgache en matière de saisie de ce genre », a expliqué Herilala Randriamahazo, responsable du Turtle Survival Alliance (TSA), une organisation spécialisée dans la protection des tortues. La précédente saisie record de tortues à Madagascar remonte à juin, quand 403 reptiles avaient été interceptés, toujours à l’aéroport international d’Antananarivo.

La majorité des tortues saisies ce lundi sont en vie, tandis qu’au moins une vingtaine n’ont pas survécu au voyage, selon un premier décompte d’ONG.

>> A lire aussi : Les tortues marines menacées par la diminution du nombre de femelles

Ces tortues ont dû parcourir des milliers de kilomètres jusqu’à l’aéroport d’Antananarivo. Elles appartiennent à deux espèces en voie d’extinction, « la tortue radiée et la tortue à choc », a expliqué Hasina Randriamanampisoa, coordinateur du Projet de protection de la tortue à choc, un projet financé par l’ONG Durrell Wildlife Conservation Trust.

La tortue à choc vit dans la région de Menabe dans l’ouest de Madagascar, et la tortue radiée dans la région de l’Androy (sud).

Les tortues, écoulées au marché noir pour être consommées en soupe, font partie, avec les lémuriens, les hippocampes ou encore le bois de rose, de la longue liste des spécimens de la faune et de la flore victimes de trafic à Madagascar, pays à la biodiversité exceptionnelle.