Site de MangeGarri à Gardanne où des résidus de bauxite sont stockés sous forme solide par Alteo, le 8 octobre 2010.
Site de MangeGarri à Gardanne où des résidus de bauxite sont stockés sous forme solide par Alteo, le 8 octobre 2010. — AFP PHOTO / ANNE-CHRISTNE POUJOULAT

ENVIRONNEMENT

Méditerranée: Les boues rouges en mer vont devoir s'effacer

Les rejets solides seront interdits au 1er janvier 2016, mais une enquête publique s’ouvre ce lundi sur les rejets liquides...

A 320m de fond, au large de Cassis et Port-Miou, les eaux bleues de la Méditerranée prennent des reflets rouges. Depuis 1966, l’usine d’alumine de Gardanne (Bouches-du-Rhône) rejette ses « boues rouges » au fond du canyon sous-marin de Cassidaigne, en plein Parc national des Calanques. L’autorisation donnée à l’industriel de rejeter ces résidus en mer expire à la fin de l’année : le 31 décembre 2015, l’usine Alteo devra cesser tout rejet solide en Méditerranée mais demande à poursuivre les rejets liquides, inévitables d’après l’industriel, pour les 30 ans à venir.

Le tracé de la canalisation reliant l’usine Alteo au lieu de rejet des effluents (source : Alteo).

Ce lundi, une enquête publique sur le renouvellement de l’autorisation a été ouverte : les habitants des 27 communes traversées par l’immense tuyau de 55km acheminant les effluents à la mer pourront faire part de leurs observations et assister à des réunions publiques. La fin des boues rouges en Méditerranée est-elle pour demain ?

De quoi sont composées ces boues rouges ?

Pour produire de l’alumine, il faut de la bauxite, une roche riche en oxydes de fer. Ces derniers lui donnent une teinte rouge. En général, les usines d’alumine stockent ces effluents dans de grands bassins. En octobre 2010, la Hongrie avait fait les frais de la rupture d’un de ces réservoirs : 700.000 mètres cubes de boue rouge s’étaient répandus dans la région d’Ajka. A Gardanne, l’usine Alteo n’a pas de réservoir de liquide mais le procédé requiert beaucoup d’eau. Les eaux de rinçage rejetées en mer contiennent « 5 % de résidus de bauxite et 95 % d’eau », assure Alteo. Dans la bauxite se trouvent des résidus d’alumine et d’oxydes de fer, mais aussi du mercure, de l’arsenic, du chrome et du titane, d’après une étude indépendante réalisée fin 2014.

Gardanne, la planète rouge

Ces boues sont-elles toxiques ?

Non, d’après l’industriel : ni la faune sous-marine ni les baigneurs qui seraient en contact avec les résidus ne sont en danger, assure Alteo. Toutefois, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), saisie par le ministère de l’Ecologie, avait conclu en février dernier que des recherches plus approfondies sur la pollution des milieux marins devaient être menées. Les pêcheurs des Calanques dénoncent une pollution sous-marine qui mettrait en danger le corail et les bancs de poissons. Les riverains de l’usine craignent pour leur part des niveaux de radioactivité élevés.

Peut-on interdire les rejets en mer ?

Conformément à la Convention internationale de Barcelone pour la protection de la Méditerranée, l’usine Alteo devra cesser tout rejet solide en mer au 1er janvier 2016. L’entreprise a déjà trouvé une solution : les déchets solides seront transformés pour obtenir de la bauxaline, un matériau que l’entreprise pourra revendre pour la fabrication de tuiles ou de béton léger. Pour les rejets liquides, aucune solution n’a encore été trouvée. Alteo juge inévitable de se débarrasser de l’eau de rinçage et le Parc national des Calanques lui-même avait autorisé l’industriel à poursuivre ses rejets mais sous condition : Alteo doit désormais, tous les ans, remettre un rapport détaillé sur ses activités et a jusqu’à 2018 pour réduire voire supprimer les polluants présents. L’enquête publique qui débute ce lundi donnera lieu à la remise d’un rapport au conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CoDERST) ainsi qu’au conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT). Le préfet des Bouches-du-Rhône prendra la décision finale.