Pets de vache: Une arme anti-méthane très efficace à l'étude

ELEVAGE Les émissions de méthane, un gaz à effet de serre, sont en grande partie causées par les animaux d'élevage...

N.Bg.

— 

Illustration: une vache dans un champ.
Illustration: une vache dans un champ. — UPERSTOCK/SIPA

Les vaches, c’est connu, représentent un grand danger pour le climat. Ou plutôt l’élevage de vaches, mais aussi de moutons. Toutes les bêtes qui passent leur temps à brouter de l’herbe et à la digérer en produisant énormément de pets au passage. Ces gaz remplis de méthane, à effet de serre, contribuent largement au changement climatique, et nombreuses sont les initiatives visant à les réduire.

Un inhibiteur pour 30 % de moins de méthane

L’une d’entre elles, très prometteuse, est une étude de chercheurs de l’Université de Pennsylvanie publiée au début du mois dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, et dévoilée en ligne tout récemment. Repérée ce vendredi par Le Figaro, elle a porté sur 48 vaches laitières d’élevage industriel auxquelles on a donné, durant près de trois mois, un inhibiteur de méthane appelé 3NOP (pour 3-nitrooxypropanol).

Le résultat est une cascade de bonnes nouvelles pour l’industrie et l’environnement : les vaches ayant reçu l’inhibiteur ont produit 30 % de moins de méthane que les bovins témoins, le tout sans que la qualité du lait produit ne soit affectée. Et en plus, la prise de poids des laitières a été favorisée par la prise du 3NOP. « L’effet inhibant a persisté au cours des douze semaines du traitement, indiquent les auteurs de l’étude dans leurs conclusions, ce qui offre une option de réduction du méthane efficace pour l’industrie de l’élevage ».