VIDEO. Cecil, le plus célèbre lion du Zimbabwe, a été tué par un chasseur

ANIMAUX C’est un riche touriste étranger qui est accusé d’avoir eu sa peau…      

A.Ch. avec AFP

— 

Le lion Cecil, au Zimbabwe.
Le lion Cecil, au Zimbabwe. — Capture d'écran Youtube

Dans la jungle, terrible jungle… Cecil, le lion vedette du Zimbabwe, est mort il y a deux semaines. D’après l’ONG de conservation de la nature Zimbabwe Conservation Taskforce, c’est un riche touriste étranger qui se serait offert la tête du plus célèbre lion du parc national de Hwange, pour la somme de 55.000 dollars (environ 50.000 euros), précise la BBC. L'animal a été retrouvé il y a deux semaines gisant hors de la réserve.

Six lionceaux vont devoir être abattus

Cecil, qui était connu pour sa crinière noire, aurait été tué après une chasse à l'arc. «C’est le plus silencieux, a expliqué Johnny Rodrigues, président de l'ONG, à la BBC. Si vous voulez faire quelque chose d’illégal, vous vous y prenez de cette manière.» Toutefois, les flèches n’auraient pas suffi à tuer le lion, qui a été suivi pendant plus de 40 heures avant d’être abattu par une arme à feu. Les six lionceaux dont Cecil était le père vont maintenant devoir être abattus car le nouveau mâle qui va prendre le pouvoir dans la zone ne les autorisera pas à vivre.

«L'intermédiaire spécialisé dans les permis de chasse et un chasseur ont été inculpés», a indiqué Johnny Rodrigues. «Nous cherchons encore à établir l'identité et la nationalité du chasseur.» Selon des sources proches des autorités du parc,  le contrevenant devrait  comparaître pour braconnage aux côtés de l’intermédiaire soupçonné d'avoir empoché beaucoup d'argent.

Gérard Depardieu affirme avoir mangé du lion en Afrique

 

«Une vraie perte pour le tourisme local»

 

«Qu'un lion aussi emblématique soit tué, c'est une vraie perte pour le tourisme local et une grande source d'anxiété», a commenté Emmanuel Fundira, président de l'association des opérateurs de safaris. «Cecil portait un collier. Cela signifie qu'il avait été choisi à des fins de recherches et d'études. Il était aussi populaire auprès des visiteurs de Hwange qui étaient fascinés par sa crinière noire et voulaient toujours savoir où il était», a-t-il ajouté. «Il n’a jamais embêté personne. C’était l’un des plus beaux animaux que l’on pouvait voir», regrette Johnny Rodrigues.

Afrique du Sud: Un lion en fuite met en échec les rangers et tue 15 moutons

 

Les riches amateurs de chasse, majoritairement américains, sont prêts à payer des fortunes pour pister et tuer des buffles, grands félins, ou autres gros gibiers sur les terres africaines, où la chasse au trophée est légale. Ils font appel à des intermédiaires qui leur vendent le permis de tuer tel ou tel animal, les bénéfices servant à entretenir les réserves. La chasse n'est autorisée que dans les réserves privées, pas dans les parcs nationaux comme Hwange, ou le Kruger en Afrique du Sud.