La concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère a atteint un niveau record au mois de mars, un signe évident du réchauffement climatique, selon la NOAA
La concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère a atteint un niveau record au mois de mars, un signe évident du réchauffement climatique, selon la NOAA — Torsten Blackwood AFP

Planète

Climat: le G7 et l'UE ont encore beaucoup d'efforts à faire

Les pays du G7 et de l'Union européenne doivent faire "beaucoup plus d'efforts" dans la réduction des gaz à effet de serre pour que le réchauffement climatique puisse être limité à 2 degrés, a averti jeudi un organisme spécialisé.

Les pays du G7 et de l'Union européenne doivent faire «beaucoup plus d'efforts» dans la réduction des gaz à effet de serre pour que le réchauffement climatique puisse être limité à 2 degrés, a averti jeudi un organisme spécialisé.

Les engagements de réduction pris par ces 31 pays à l'horizon 2030 représentent 30% de ce qui serait nécessaire pour atteindre cet objectif, affirme dans un rapport le Climate Action Tracker (CAT), qui regroupe quatre centres de recherche spécialisés dans les politiques climatiques.

Les pays du G7 et l'UE ont fait «un petit pas mais beaucoup plus d'efforts sont nécessaires», estime-t-il.

Le CAT a rendu public ce document en marge des négociations climatiques en cours à Bonn.

A six mois de la conférence de Paris (COP21) qui va tenter de parvenir à un accord pour limiter le réchauffement à 2 degrés par rapport à l'ère pré-industrielle, et à quelques jours d'un sommet du G7 en Allemagne, il appelle le G7 et l'UE à «améliorer de manière significative les engagements qu'ils ont présentés à ce jour».

«Le G7 et l'UE doivent revoir de toute urgence leurs politiques actuelles» et revoir à la hausse leurs engagements avant la COP21 afin qu'un accord à Paris «puisse faire des pas importants» vers l'objectif des 2 degrés, déclare Bill Hare, directeur de l'institut Climate Analytics, cité dans le texte.

Les engagements de réduction des gaz à effet de serre des pays du G7 et de l'UE actuellement sur la table «montrent qu'il y a un risque extrême de rester bloqué, jusqu'en 2030, à des niveaux d'émission élevés qui ne sont pas compatibles» avec une limitation du réchauffement à 2 degrés, a-t-il ajouté.

Les économies de ces pays (les 28 de l'UE, plus le Japon, les Etats-Unis et le Canada) «sont responsables, au total, d'environ 30% des émissions mondiales de gaz à effet de serre» et représentent «40% du PIB mondial», rappelle le CAT.

«Le G7 et l'UE, en tant que groupe de gouvernements le plus puissant et riche du monde, peut faire plus que d'autres pays, moins riches», souligne Niklas Höhne, du NewClimate Institute.

L'étude du CAT montre aussi «des différences importantes entre les politiques que les gouvernements du G7 et de l'UE ont mises en place». Alors que les politiques menées par l'UE lui permettront de s'approcher de ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre en 2030, «les Etats-Unis, le Canada et le Japon ont encore beaucoup de travail», ajoute le CAT.

L'UE s'est engagée à réduire d'au moins 40% d'ici à 2030 ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à leur niveau de 1990.