Hollande: un échec de la conférence sur le climat serait «une menace sur le plan économique»

© 2015 AFP

— 

Le président de la République, François Hollande, lors d'un discours devant l'OCDE à Paris, le 3 juin 2015
Le président de la République, François Hollande, lors d'un discours devant l'OCDE à Paris, le 3 juin 2015 — ALAIN JOCARD AFP

Le président français François Hollande a estimé mercredi qu'un échec de la conférence sur le climat, qui doit se tenir en décembre à Paris? serait aussi «une menace sur le plan économique».

«De l'accord de Paris dépendra aussi une perspective de croissance. Si nous échouons ce n'est pas simplement une catastrophe sur le plan écologique, ce n'est pas simplement un échec sur le plan politique, c'est également une menace sur le plan économique», a déclaré M. Hollande lors d'un discours devant l'OCDE à Paris.

«L'objectif ne peut pas être de simplement trouver un accord, l'objectif doit être que cet accord soit le plus ambitieux, le plus large, le plus contraignant possible», a-t-il poursuivi, se disant par ailleurs convaincu qu'«il y aura un accord».

A propos des contributions demandées à chaque pays sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement climatique à la fin du siècle, M. Hollande a expliqué qu'elles étaient «au nombre de 37 sur les 200 (pays) qui doivent rendre leur copie».

«Si ces contributions sont plutôt encourageantes, elles ne sont pas suffisantes ni en nombre ni en qualité», a-t-il observé.

«Nous avons besoin de règles, de stabilité, de réformes, d'investissements, nous avons besoin de visibilité», a ajouté le président, jugeant qu'«un accord sur le climat permettra de répondre à l'ensemble de ces exigences».

Pour lui, dans l'accord de Paris, «toute la question est de savoir quelle sera son ampleur, quelle sera sa force, quel sera son caractère contraignant».

«Je n'imagine pas que le monde puisse se réunir pour simplement faire un constat sur la gravité du réchauffement climatique et sur l'impuissance qui serait la nôtre à le conjurer», a prévenu le président, voyant dans «l'échec de Copenhague», une «leçon pour la réunion de Paris».