Etats-Unis: Quand Barack Obama veut sauver les abeilles

SOCIETE Le plan d'action prévoit de restaurer 2,8 millions d’hectares d’habitat dans les cinq ans...

20 Minutes avec agences

— 

Des abeilles récoltent du nectar sur des fleurs de lavande, le 22 juillet 2013 à Marseille
Des abeilles récoltent du nectar sur des fleurs de lavande, le 22 juillet 2013 à Marseille — Boris Horvat AFP

« La pollinisation par les seules abeilles représente, chaque année, plus de 15 milliards de dollars de récoltes agricoles (fruits, fruits à coque et légumes) dans le pays. Mais ces pollinisateurs souffrent », a fait savoir, ce mardi, John Holdren, l’un des principaux conseillers scientifiques du président Barack Obama.

Consciente de ce triste constat, la Maison Blanche est donc partie à la rescousse des abeilles et autres pollinisateurs en péril en lançant un plan de sauvetage national. Un plan d’action qui est l’aboutissement de l’appel émis en juin 2014 par le président Barack Obama, lui-même, pour mettre en œuvre une stratégie fédérale permettant de sauver Maya et consorts.

Abeilles: la Fondation Hulot réclame «des décisions d'urgence»

Les apiculteurs ont perdu 42 % de leurs colonies

Alors que, selon une estimation du département de l’Agriculture (USDA), les apiculteurs ont perdu 42 % de leurs colonies d’abeilles ces douze derniers mois*, ce plan d’action prévoit de limiter la mortalité des colonies d’abeilles pendant l’hiver à 15 % maximum dans les dix ans et à restaurer 2,8 millions d’hectares d’habitat dans les cinq ans grâce à des interventions fédérales et des partenariats entre secteurs public et privé.

S’appuyant sur les études de chercheurs qui planchent sur les origines de ces pertes, en hiver comme en été, et sur la disparition soudaine dans les ruches de millions d’abeilles adultes, la Maison Blanche va tenter d’éradiquer une mite parasite et un virus porteur, mais aussi œuvrer sur la nocivité des pesticides et la diminution des éléments nutritifs disponibles (engendrée par l’explosion des monocultures). Autant d’éléments qui seraient responsables de cette hécatombe chez ces insectes qui jouent un rôle clé dans la sécurité alimentaire américaine et pour l’environnement.

Une stratégie « de mobilisation de toutes les ressources »

Ce plan repose sur une stratégie « de mobilisation de toutes les ressources », faisant appel à tout un chacun, du fonctionnaire fédéral au simple citoyen, pour agir et sauver les abeilles, a expliqué, ce mardi, la Maison Blanche. « Accroître l’étendue et la qualité de l’habitat des pollinisateurs est une partie importante de cet effort allant du développement de jardins près des immeubles fédéraux à la restauration de millions d’hectares de terres domaniales et privées », a, par ailleurs, précisé la présidence.

A noter qu’Obama et ses équipes souhaitent également reconstituer les populations de papillons monarques, pollinisateurs migrateurs dont le nombre a baissé de 90 %, voire davantage ces deux dernières décennies. Ainsi, les experts comptent accroître la population des papillons monarques jusqu’à 225 millions d’ici cinq ans sur une superficie de forêt d’environ six hectares au Mexique (en collaboration avec le gouvernement local).

Biodiversité: Les abeilles bientôt mieux protégées par la loi

Tout en se félicitant de ce plan, les organisations de défense de la nature aux Etats-Unis estiment que l’administration Obama ne va pas assez loin, surtout pour réduire l’usage des pesticides. Si l’Union européenne a interdit trois grandes classes de ces pesticides accusés de tuer les abeilles, Peter Lehner, directeur du Natural Resources Defense Council, appelle, lui, à une réduction « urgente » et « drastique » de l’usage des pesticides.

*C’est la deuxième plus mauvaise année pour la mortalité des abeilles domestiques aux Etats-Unis. La pire avait été en 2012-2013 avec la disparition de 45 % des colonies.