Erosion des côtes: «Il faudra relocaliser certaines stations balnéaires»

INTERVIEW La chercheuse Yvonne Battiau Queney accuse les infrastructures, notamment touristiques, d’accentuer la disparition des plages…

Propos recueillis par Audrey Chauvet

— 

Un panneau informant les visiteurs de la fragilité de la dune de sable à Lacanau (Gironde)
Un panneau informant les visiteurs de la fragilité de la dune de sable à Lacanau (Gironde) — Jean-Pierre Muller AFP

Dans quelques années, aurons-nous encore un bout de plage pour poser notre serviette? Dans de nombreuses régions du littoral français, le sable recule progressivement de plusieurs mètres, faisant craindre la disparition totale de la plage. Lacanau, Palavas, mais aussi la côte basque et la Camargue pourraient être bientôt obligées de s’adapter à la montée des eaux. Yvonne Battiau Queney, professeur émérite de l’université de Lille 1 et présidente pour la France d'EUCC, le Réseau européen des littoraux, expliquera ce mercredi, lors d’une conférence à l’Institut océanographique, pourquoi nos plages disparaissent.

Pourquoi les plages françaises disparaissent?

L’érosion des côtes est-elle uniquement un phénomène naturel?

C’est un phénomène naturel mais aidé par les interventions de l’homme.  La plage et les dunes sont comme un coffre-fort pour la mer, ce sont ses réserves de sable. En cas de tempête, la réserve de sable de la dune sert à reconstituer la plage. Donc le sable circule, arrive, repart, mais il ne faut pas perturber ce fonctionnement naturel. Or, on a construit des digues en front de mer, quelques fois à la place de la dune. On a installé les stations balnéaires au plus près de la mer, en faisant disparaître les dunes. Avant de voir les effets de ces constructions, il se passe au moins 15 ans, maintenant ça commence à se voir: les plages ont dépéri car le sable ne pouvait plus se renouveler. Le niveau des plages baisse, ce qui accentue encore l’énergie des vagues qui déferlent, et le phénomène s’aggrave encore plus vite.  

D’où vient le sable?

On accuse souvent le changement climatique et la montée du niveau des mers, est-ce aussi un facteur de disparition des plages?

L’élévation du niveau de la mer est un fait qu’il ne faut pas nier, mais c’est de l’ordre de 2 à 3mm par an. Il faut bien sûr essayer d’anticiper l’élévation du niveau de la mer qui devrait atteindre 60 à 80cm d’ici un siècle, surtout quand on construit des digues ou des infrastructures portuaires, mais le changement climatique n’explique pas ce qui se passe actuellement. Il faudrait surtout réparer les erreurs du passé.

Lacanau: L'impact du réchauffement climatique sur la côte aquitaine étudié par une spécialiste américaine

Comment faire pour réparer ces erreurs?

Il faudra relocaliser certaines stations balnéaires. Une étude de faisabilité est en cours pour Lacanau, mais cela coûtera très cher et psychologiquement, les gens qui y vivent ne sont pas prêts. Il y a d’autres solutions comme protéger et renforcer les digues, mais cela n’empêche pas que l’érosion s’aggrave. Enfin, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Belgique, on recharge régulièrement les plages en sable. Le problème est de trouver les ressources en sable en mer, or nous n’avons pas d’inventaire des ressources sous-marines, notamment pour la côte Aquitaine. Il faudrait aussi aller chercher ce sable au large, loin du système côtier, pour ne pas interférer avec l’alimentation naturelle des plages. Sans compter que ce sable est aussi convoité par les cimentiers.