L'EPR «n'est pas condamné» pour Ségolène Royal

NUCLEAIRE La ministre de l'Ecologie et de l'Energie était interrogée à propos de l'anomalie détectée sur la cuve du réacteur nucléaire de troisième génération...

20 Minutes avec AFP

— 

Ségolène Royal sur France 5 le 19 avril 2015.
Ségolène Royal sur France 5 le 19 avril 2015. — France 5

Pour Ségolène Royal, le chantier de l'EPR de Flamanville (Manche) «n'est pas condamné». La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, interrogée dimanche à propos de l'anomalie de fabrication détectée sur la cuve du réacteur nucléaire de troisième génération construit par EDF et Areva, a évoqué de simples «ajustements de travaux» à faire.

EPR de Flamanville: L’anomalie signalée mardi signe-t-elle la fin du projet ?

«EDF a communiqué pour dire que l'ouverture serait sans doute retardée d'une année», a simplement souligné Ségolène Royal, qui était invitée de l'émission C Politique sur France 5. «Les Français peuvent être rassurés au sens où l'ASN dit les choses», a estimé la ministre, vantant un «système français transparent (...) et ça, c'est quand même un progrès extraordinaire».

«Comme dans tous les travaux industriels, il y a des ajustements»

«Cela permet au parlement de faire des auditions, au gouvernement d'exiger des évaluations, des tests complémentaires ce qu'Areva s'est engagé à faire», a-t-elle poursuivi. «Ce sont des travaux extrêmement complexes (..) et comme dans tous les travaux industriels, même ceux menés en-dehors de la filière nucléaire, il y a des ajustements en cours de travaux», a plaidé Ségolène Royal selon qui «il y a un complément d'examens, de tests qui vont avoir lieu, dont les résultats seront rendus publics à l'automne prochain, et ensuite les travaux reprendront».

De son côté, EDF a rappelé dans la soirée que «dans l'état actuel des informations disponibles», le «chantier de l'EPR de Flamanville se poursuit».