Les recommandations détaillées du Giec

CLIMAT Les principales solutions préconisées par le Giec...

— 

Après la publication de son rapport vendredi, le Giec ne fait pas de recommandations particulières mais brosse des perspectives et des scénarios et présente les principales options pour atténuer le réchauffement. A noter : sans le promouvoir outre mesure, le Giec affirme que l'énergie nucléaire fait partie des technologies permettant de réduire les émissions.

- Diminuer les subventions aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) et imposer une taxe carbone.

- Encourager les énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie et autres énergies propres) à l'aide de subventions, de contraintes réglementaires ou de tarifs imposés afin de les rendre concurentielles par rapport aux fossiles. A un prix du carbone situé entre 20 et 100 dollars la tonne de CO2, les énergies renouvelables pourraient représenter 30 à 35% de l'approvisionnement en électricité d'ici 2030.

- Le captage et le stockage du CO2, une technologie encore expérimentale qui consiste à capter les émissions des grosses installations industrielles et à les enterrer, pourraient contribuer de façon importante à réduire les émissions d'ici une vingtaine d'années.

- Les technologies de géo-ingéniérie, comme la fertilisation des océans pour piéger davantage de CO2 ou l'installation de pare-soleils géants dans la stratosphère, restent «largement hypothétiques».

- Réduire la pollution des transports: renforcer les contraintes d'émissions de CO2 pour les véhicules, encourager les transports publics et les modes de transport non motorisés, augmenter les taxes à l'achat des voitures et sur les carburants.

- Construire écologique: normes de construction plus sévères, logements mieux isolés, systèmes de chauffage et climatisation plus sobres. Environ 30% des émissions de CO2 dues au secteur du bâtiment pourraient être évitées d'ici 2020.
Réduire les émissions de l'industrie: incitations fiscales, certificats d'émissions de CO2 et marchés de permis, comme le marché européen du carbone initié par le protocole de Kyoto.

- Modifier les pratiques agricoles et réduire la déforestation.