VIDEO. L’île japonaise née d’une éruption «pourrait encore grossir pendant plusieurs mois»

JAPON Sortie des eaux en novembre 2013, la nouvelle formation, qui a désormais fusionné avec l'île voisine de Nishinoshima, mesure 2,5 km² et continue de croître...

De notre correspondant à Tokyo, Mathias Cena

— 

L'île japonaise de Nishinoshima le 23 décembre 2014.
L'île japonaise de Nishinoshima le 23 décembre 2014. — Kotaro Numata/AP/SIPA

L’île n’en finit pas d’intriguer les scientifiques. Sortie de l’océan par l’éruption d’un volcan en novembre 2013, à 1000 km au sud de Tokyo, cette formation sans nom a aujourd’hui pris celui de l’île voisine de Nishinoshima, avec laquelle elle a fusionné en décembre 2013, et continue de grossir.

Le phénomène n’est pas inédit, mais reste suffisamment rare pour exciter la curiosité des volcanologues. «Nous avons très peu de connaissances sur le processus de formation d’îles», explique à 20 Minutes Fukashi Maeno, Professeur adjoint à l’Institut de Sismologie de l’Université de Tokyo. «Nous avons pu en observer relativement peu, et nous avons donc beaucoup à apprendre de l’île, comment elle est née et comment elle se développe», continue le scientifique.

Pas d'éruption pendant 10.000 ans

Intégrée à l'archipel d'Ogasawara, l’île de Nishinoshima (littéralement «l’île de l’ouest» en japonais) n’est que le sommet émergé d’un volcan sous-marin d’environ 3.000m de hauteur. Sa surface avait été étendue par une précédente éruption en 1973-1974. Avant cela, elle n’en avait pas connu pendant 10.000 ans. Bien qu’il soit interdit de s’approcher en bateau à moins de 4 km des côtes, à cause du danger que présente l’éruption, l’île de Nishinoshima est surveillée de très près, par des satellites et par des avions de la Garde côtière japonaise, dont les vidéos prises au fil des mois (et regroupées ci-dessous par 20 Minutes) montrent bien l’évolution de la situation.

 Voir toutes les vidéos de la Garde côtière japonaise

Ces observations ont ainsi permis d’estimer la quantité de magma crachée par le volcan, «100.000 à 200.000 mètres cubes par jour, et environ 100 millions de mètres cubes au total depuis le début de l’éruption», précise Fukashi Maeno.

«L’île survivra pour longtemps, peut-être plusieurs siècles»

Difficile pour autant d’estimer pour combien de temps elle continuera de croître. «Une éruption de 15 mois n’est pas rare dans l’histoire», signale le volcanologue, qui pense qu’elle pourrait se poursuivre encore au moins quelques mois. Quant à sa surface, actuellement de 2,5 km², le scientifique estime qu’elle pourrait atteindre, au maximum, le double: «L’éruption a lieu actuellement au sommet du volcan, explique-t-il, et la surface peu profonde (moins de 50m sous le niveau de la mer) autour du cratère représente seulement 5 km².» Il est donc peu probable que Nishinoshima s'étende au-delà.

Si pendant les premiers mois, l’île risquait de sombrer dans l’océan, Fukashi Maeno estime que ce n’est plus possible aujourd’hui, même si des parties peuvent s’effondrer. «Je pense que l’île survivra pour longtemps, peut-être plusieurs siècles, car les coulées de lave sont très importantes», estime-t-il.

Il est cependant très peu probable qu’elle soit habitée un jour. La végétation pourrait mettre «au moins une centaine d’années à repousser», selon le volcanologue, et la situation relativement isolée de Nishinoshima n’en fait pas une bonne candidate à l’occupation. En attendant, les scientifiques ont hâte de pouvoir y poser le pied pour étudier l’île de plus près.