Record de froid au Québec... et record de chaleur à Moscou

HIVER Les températures envoient des signaux diamétralement opposés d'un coin du globe à l'autre...

N.Bg.

— 

Photo d'illustration: soleil et neige.
Photo d'illustration: soleil et neige. — Don Campbell/AP/SIPA

Plus froid que froid: mardi, Radio Canada indiquait que ce mois de février bat des records de fraîcheur dans la région de Québec, avec des températures descendant jusqu’à -32°C, battant dans de nombreuses communes des records parfois vieux de plusieurs décennies.

Et selon les prévisions météo, si les trois premières semaines du mois de février sont les plus froides dans la région depuis trente ans, la tendance devrait se poursuivre jusqu’à la fin du mois, qui deviendrait alors le plus froid jamais enregistré.

Plus chaud que jamais à Moscou

Mais le même jour, on apprenait qu’un record de «chaleur» a été établi à Moscou, où les températures ont grimpé à 6°C, dix degrés au-dessus des normales saisonnières et du jamais vu pour un 24 février, où il fait -5°C en temps normal.

Alors, n’y a-t-il donc plus de saison? Entre Montréal et Moscou, qui croire? Eh bien plutôt la capitale russe. Pour rappel, on a appris le mois dernier que l'année 2014 a été l’année la plus chaude en France et en Europe depuis 1900, et la plus chaude dans le monde depuis le début des relevés de températures en 1880. N’en déplaise aux Québécois, il ne faut donc pas confondre la météo et le climat et, comme on nous le rappellera sans doute à l’occasion de la Conférence climat 2015 à Paris, pour ce qui est de la planète dans son ensemble, la tendance est clairement à la hausse.