Ce que l’on peut faire avec du caca

INNOVATION Fabriquer de l'eau, du carburant et même de la nourriture, tout est possible...

Anissa Boumediene

— 

Depuis le mois de novembre, les GENeco Bio-Bus sillonnent les routes du pays grâce à du biométhane élaboré à partir de déjections humaines.
Depuis le mois de novembre, les GENeco Bio-Bus sillonnent les routes du pays grâce à du biométhane élaboré à partir de déjections humaines. — Capture d'écran GENeco / YouTube

Il sent mauvais et on cherche à s'en débarrasser. Si on connaissait depuis longtemps les vertus fertilisantes du caca, utilisé comme engrais, on découvre aujourd’hui qu'il peut être transformé en eau pure et potable, comme l’a révélé le milliardaire américain Bill Gates sur son blog.

Mais ce n’est pas la seule forme étonnante que peuvent revêtir les excréments. Petit tour d’horizon de toutes ces choses étonnantes que l’on peut obtenir à partir du caca.

>> Découvrez ici l'article «Bill Gates boit de l’eau obtenue à partir de caca»

Faire rouler des bus

C’est bon pour l’environnement, et ça ne sent rien. Au Royaume Uni, les GENeco Bio-Bus sillonnent depuis le mois de novembre les routes du pays grâce à du biométhane élaboré à partir de déjections humaines. Une étape de plus pour l’entreprise britannique, qui avait lancé en 2010 une voiture fonctionnant avec la même énergie. A l’époque, la «production» de 70 foyers permettait au véhicule de faire parcourir 16.000 kilomètres à une automobile en un an. Ecolo jusqu’au bout, la firme utilise une matière première locale pour fabriquer au centre de traitement des eaux usées de Bristol ce biocarburant un peu spécial, également obtenu à partir de restes alimentaires. Avec un plein de ce biogaz, chaque bus peut parcourir jusqu’à 300 kilomètres.

Faire la cuisine

Au Rwanda, pour réduire leur facture énergétique, les quatorze prisons du pays ont décidé de transformer les excréments des détenus en biogaz. Une initiative qui permet de couvrir 75% des besoins énergétiques de ces établissements. Dépourvu de mauvaise odeur, ce biocarburant notamment est utilisé dans les cuisines de ces prisons, où les repas des détenus sont préparés. Peu cher, écolo et facile à fabriquer, ce biogaz a tellement d’atouts que l’Etat envisage d’étendre sa production et son utilisation à d’autres bâtiments publics rwandais.

Manger de la viande

C’est l’option de recyclage qui devrait faire le moins d’émules, pourtant c'est du sérieux. En 2011, le scientifique japonais Mitsuyuki Ikeda, de l’Okayama Laboratory, a inventé le steak de caca, élaboré à partir des protéines extraites des boues d’épuration chargées d’excréments. Composée à 63% de protéines, cette viande serait moins grasse et meilleure pour la santé. Grâce à l’ajout de protéines de soja, elle aurait «le même goût que le bœuf», selon les participants des tests qui ont «dégusté» cette invention, à laquelle un colorant alimentaire a été ajouté pour un résultat plus vrai que nature. Pourquoi le scientifique a-t-il eu une idée pareille? Parce que les services de traitement des eaux usées tokyoïtes lui ont demandé de plancher sur des solutions de recyclage des déchets. Ecologique, «ce procédé réduira nos déchets et les émissions de méthane des vaches», prédit Mitsuyuki Ikeda. Le bémol, en plus de son origine: son coût, aujourd’hui dix à vingt fois plus élevé que celui de la viande traditionnelle.