Algérie: Manifestation dans le Sahara contre l'exploitation du gaz de schiste

ENERGIE Un premier forage a été fait dans le sud du pays…

A.Ch. avec AFP

— 

Une exploitation de gaz de schiste à proximité du village de Grzebowilk en Pologne, le 27 avril 2011
Une exploitation de gaz de schiste à proximité du village de Grzebowilk en Pologne, le 27 avril 2011 — Janek Skarzynski AFP

Des centaines de jeunes se sont rassemblés mardi dans deux villes du Sahara algérien pour protester contre l'exploitation du gaz de schiste quelques jours après un premier forage pilote dans le pays, a rapporté l'agence APS. Une manifestation se déroulait devant la préfecture de Tamanrasset (2.000 km au sud d'Alger) et une autre devant la sous-préfecture d'In Salah, à quelques centaines de km de là. «Les étudiants protestent et réclament l'arrêt du projet», «non au gaz de schiste», proclamaient des banderoles brandies par les manifestants.

«Des ressources certainement très importantes et utiles pour le pays»

La manifestation «se poursuivra jusqu'à la suspension de l'opération d'exploitation du gaz de schiste dans la région d'In-Salah» en raison de la «menace sur l'Environnement», a affirmé un étudiant cité par APS. Le ministre de l'Energie, Youcef Yousfi a annoncé le 27 décembre que l'Algérie venait d'effectuer «avec succès» son premier forage pilote de gaz de schiste dans le bassin d'Ahnet à In Salah, le qualifiant de «très prometteur». Depuis, plusieurs manifestations contre l'exploitation de cette énergie ont eu lieu dans des provinces sahariennes où se trouvent les gisements en hydrocarbures, selon la presse.

Les estimations des réserves faites par le groupe public Sonatrach pour le seul bassin Ahnet, près d'In Salah, tablent sur deux milliards de m3 pour chaque km2, soit des réserves globales de 200.000 milliards de m3 de gaz pour tout ce bassin. Youcef Yousfi avait estimé que «ces ressources étant certainement très importantes et utiles pour le pays, nous ne pouvons pas les laisser inexploitées». L'Algérie est classée au 3e rang mondial en termes de réserves de gaz de schiste récupérables, selon le dernier rapport du département américain de l'Energie (DoE) sur les réserves des hydrocarbures non conventionnels.