VIDEO. Kenya: Des toilettes changent la vie des habitants d’un bidonville

REPORTAGE Dans le quartier de Kibera, un des plus grands bidonvilles d’Afrique, près de 70 sanitaires ont été installés…

Audrey Chauvet

— 

Un
Un — A.Chauvet/20Minutes

De notre envoyée spéciale au Kenya

Elles passent avec leurs petites ballerines ou leurs talons aiguille au milieu des immondices et des flaques de boue. A Kibera, les femmes apprennent très tôt à slalomer entre les «flying toilets», les sacs plastiques dans lesquels on fait ses besoins, et les toits en tôle des petites habitations de boue séchée collées les unes aux autres. Elles apprennent aussi que le viol est une chose qui arrive: une campagne de mobilisation contre les viols, en particulier sur les petites filles, a répandu des tags sur les murs du bidonville.

Campagne contre le viol à Kibera.

A Kibera, un des plus grands bidonvilles d’Afrique dont la population est de 170.000 habitants selon le recensement officiel mais d’un million selon certaines estimations, aller aux toilettes est un luxe qui commence à être accessible: depuis quelques années, des ONG, soutenues financièrement par des institutions internationales comme l’Agence française de développement, mettent en place des «biocenters» où l’on peut se doucher, parfois à l’eau chaude, aller aux toilettes ou cuisiner. L’état sanitaire de la population en est amélioré et pour les femmes, l’intimité peut être un premier pas vers le respect.