La centrale nucléaire de Tihange, en Belgique, le 20 août 2014
La centrale nucléaire de Tihange, en Belgique, le 20 août 2014 — Eric Lalmand Belga

NUCLEAIRE

Un quatrième réacteur nucléaire à l'arrêt en Belgique après un incendie

L’incendie est survenu dimanche soir à Tihange, près de Liège…            

Un incendie survenu dimanche sur le site d'une centrale nucléaire en Belgique a provoqué la mise à l'arrêt d'un quatrième réacteur dans le pays, sur les sept exploités par Electrabel, la filiale de GDF Suez, faisant craindre pour l'approvisionnement en électricité, selon les médias locaux. L'incident, qui n'a fait aucun blessé, a touché un transformateur d'intensité et a automatiquement fait cesser l'activité du réacteur de Tihange 3, près de Liège. Le feu était maîtrisé à la mi-journée.

«L'incendie s'est produit en dehors de la zone nucléaire», a assuré le maire de la commune de Huy, Alexis Housiaux. Il n'a en outre eu «aucun impact sur la sûreté nucléaire et sur la sécurité des collaborateurs et des riverains du site», a indiqué le groupe Electrabel. «Les processus ont parfaitement fonctionné et l'unité 3 de Tihange est dès lors actuellement à l'arrêt à chaud», a fait savoir de son côté GDF Suez. Electrabel prévoit un redémarrage du réacteur, qui a une capacité de 1.048 mégawatts, mardi matin, mais ce planning est très provisoire, selon une porte-parole.

Une «cause technique» à l’origine du feu

Les premiers éléments font état d'une «cause technique» et non d'un sabotage comme dans le cas du réacteur de Doel 4, mis à l'arrêt depuis le mois d'août et qui doit redémarrer avant la fin de l'année. Deux autres des sept réacteurs nucléaires belges exploités par Electrabel sont à l'arrêt depuis le 25 mars à la suite de la découverte de microfissures dans leurs cuves: le réacteur numéro 3 de la  centrale de Doel, près d'Anvers, et le numéro 2 de la centrale de Tihange.Ces installations avaient déjà été stoppées pendant un an, de juin 2012 à juin 2013.

La Belgique, où l'atome fournit 55% de l'électricité consommée, a déjà perdu à ce jour 3.000 mégawatts (MW) sur une capacité totale de 5.700 mégawatts de ses deux centrales. Des techniciens ont été dépêchés dimanche à Tihange afin de préparer les travaux de réparation. Des inspecteurs de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) sont également présents pour vérifier le respect des procédures.