Hubert Reeves: «il faut empêcher que notre planète devienne inhabitable»

© 2014 AFP

— 

L'astrophysicien canadien Hubert Reeves à Paris le 19 septembre 2013
L'astrophysicien canadien Hubert Reeves à Paris le 19 septembre 2013 — Joel Saget AFP

L'astrophysicien Hubert Reeves a estimé jeudi, à l'ouverture de la 3e conférence environnementale, qu'il fallait «empêcher que la planète devienne inhabitable», en référence à la lutte contre le changement climatique et la sauvegarde de la biodiversité.

«Nous sommes devant un combat entre deux puissances opposées: la détérioration de la planète (...) et les projets de restauration de la planète», a déclaré le scientifique.

«Ce sont deux forces opposées qui croissent toutes les deux», a déploré Hubert Reeves pour qui «la question qu'on se pose aujourd'hui, c'est qui va l'emporter». «Personne ne le sait», a-t-il ajouté.

D'un coté, «nous allons dans le sens inverse de ce qu'il faudrait faire: alors qu'il faudrait réduire les émissions de CO2 de 60 à 80% pour stabiliser la température, les émissions augmentent (...) de près de 3% par an», a déploré M. Reeves, président de l'ONG Humanité et biodiversité.

«Nous avons un problème très grave d'érosion de la biodiversité», a également pointé l'astrophysicien, très mobilisé sur cette question de longue date.

«La biodiversité, ce n’est pas seulement le tigre du Bengale», a-t-il expliqué. Ce sont «les cadeaux de la nature comme les insectes qui pollinisent les plantes, les vers de terre qui fertilisent les sols», a-t-il dit mais «nous voyons ce capital être détruit régulièrement».

«Il y a aussi des efforts de restauration de la planète en grand nombre», a aussi souligné le scientifique pour qui «il faut avoir une attitude plus dynamique et plus combative car nous sommes en danger».

«Il s'agit d'être déterminé dans la lutte pour sauver la planète, pour sauver notre présence», a-t-il ajouté en citant comme mauvaise exemple «les grandes métropoles chinoises de 30 millions d'habitants (…) où les petits Chinois de ces villes ne savent pas que le ciel est bleu».