L'après-Kyoto en débat à Postdam

CLIMAT Les ministres de l'Environnement du G8, de Chine, d'Inde, du Brésil, du Mexique et d'Afrique du Sud se réunissent du 15 au 17 mars…

Sa. C. avec AFP

— 

Le réchauffement s'est accéléré ces dernières années: 0,74 degrés supplémentaires sur les 100 dernières années (1906-2005), contre 0,6 degrés retenus pour la période 1901-2000 dans le précédent rapport publié en 2001
Le réchauffement s'est accéléré ces dernières années: 0,74 degrés supplémentaires sur les 100 dernières années (1906-2005), contre 0,6 degrés retenus pour la période 1901-2000 dans le précédent rapport publié en 2001 — William West AFP/Archives

Il pourrait s’agir de la première pierre de l’après-Kyoto. Les ministres de l'Environnement du G8 (Allemagne, France, Italie, Grande-Bretagne, Japon, Etats-Unis, Canada, Russie), de Chine, d'Inde, du Brésil, du Mexique et d'Afrique du Sud se réunissent du 15 au 17 mars à Potsdam, près de Berlin, pour réfléchir à un accord de lutte contre le réchauffement climatique et la destruction des ressources naturelles.

 
Bien qu’aucun engament ferme ne soit attendu, ce sommet est l’occasion de sonder le terrain avant le lancement officiel en décembre prochain à Bali de négociations pour assurer une suite au protocole de Kyoto, qui expire en 2012. Le but est de parvenir en 2009 à un nouvel accord international prévoyant des objectifs de réduction des émissions de CO2 et une politique énergétique efficace et propre.
 
Pour l'Union européenne, qui entend jouer un rôle d'initiateur sur ce terrain, un enjeu majeur du futur accord sera d'associer des pays n'ayant pas ratifié Kyoto, comme les Etats-Unis, et des pays émergents qui n'étaient pas concernés par le protocole, comme la Chine et l'Inde, dont les émissions cumulées de gaz à effet de serre auront dépassé celles des Etats-Unis en 2015.
 
Si la cause climatique fait son chemin dans des pays industrialisés jusque là récalcitrants, comme les Etats-Unis, qui pèsent pour un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les plus difficiles à convaincre seront les pays émergents. L’Inde refuse tout engagement tout comme la Chine, malgré sa manifestation récente d'intérêt pour la question environnementale.

La rencontre servira aussi d'examen blanc avant le sommet annuel du G8, du 6 au 8 juin à Heiligendamm (nord de l'Allemagne), dont l'un des thèmes principaux sera le climat.