Les loups vont-ils bientôt entrer dans Paris?

ANIMAUX Des loups ont été observés à quelques centaines de kilomètres de la capitale et les naturalistes locaux sont sur le qui-vive…

Audrey Chauvet
— 
Un loup a tué un veau et blessé une vache dans la nuit de dimanche à lundi dans un enclos en Meuse, selon leur propriétaire, une première qui suscite déjà la colère des éleveurs d'ovins dans le département
Un loup a tué un veau et blessé une vache dans la nuit de dimanche à lundi dans un enclos en Meuse, selon leur propriétaire, une première qui suscite déjà la colère des éleveurs d'ovins dans le département — Patrick Pleul DPA

Jeudi dernier, les Crépynois se sont offert un petit frisson: le loup va-t-il revenir en Picardie? Une question légitime pour ces habitants de l’Oise: un loup a été abattu en janvier dernier dans la Marne, à 160 kilomètres de Paris, et un autre canidé a été photographié dans la Meuse en avril, à seulement 250km de la capitale. Le préfet de la Meuse avait alors déclaré avoir recensé treize attaques sur des troupeaux de moutons dans son département depuis octobre 2013. Des meutes de loups sont-elles aux portes de Paris?

Non, rassure Nicolas Coussi, responsable d’animation du parc animalier de Sainte Croix (Moselle) et spécialiste des loups: «On a aujourd’hui un individu qui tournerait entre la Meuse et la Moselle et deux adultes et deux jeunes qui seraient entre les Vosges et le Haut-Rhin, mais il faut bien faire la distinction entre ces jeunes qui cherchent un nouveau territoire et une meute installée». Les loups isolés qui ont été vus près de la région parisienne ne sont pour le moment qu’en repérage pour installer leur nouvelle meute: «Le territoire d’une meute de 5 à 8 individus est de 250 à 300km². Les jeunes loups qui quittent la meute pour ne pas épuiser les ressources du territoire vont aller s’installer à un endroit où il y a le moins de présence humaine possible», explique Nicolas Coussi. 

Tout dépendra de l'endroit où il rencontrera sa louve

Les loups cherchent également des zones riches en nourriture, donc en ongulés dont ils sont friands: leur appétit pour les chevreuils, chamois, mouflons et bouquetins les a poussés à s’installer en montagne. Mais lorsqu’il cherche un nouveau territoire, le loup peut sortir du bois pour s’approcher des habitations, parfois en empruntant les voies routières pour se déplacer: «Un loup peut parcourir entre 70 et 100km par jour», chiffre le spécialiste. Donc, un loup qui serait dans la Marne mettrait deux jours pour gagner Paris? «Oui, mais est-ce qu’il aurait intérêt à le faire?», s’interroge Nicolas Coussi. Une seule motivation pourrait le pousser à pénétrer la grande couronne: la présence d’une louve pour y fonder un foyer.

Pas de panique néanmoins: même si les jeunes loups choisissaient d’installer leur petite famille en région parisienne, les humains n’auraient pas grand-chose à craindre: «Le loup est un animal très craintif qui peut s’approcher des habitations car il est très curieux et opportuniste, mais il n’y a pas de risque qu’il s’attaque à des gens», rassure Nicolas Coussi. Pas sûr pour autant que les Crépynois qui entendront le hurlement des loups dans la nuit parviendront à garder leur sang-froid.