Rénovation thermique, voitures électriques, énergies renouvelables… Comment la loi de transition énergétique «va changer la vie des Français»

ENERGIE Le projet de loi porté par la ministre de l’Ecologie entre mercredi en débat à l’Assemblée nationale…

Audrey Chauvet

— 

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, le 10 septembre 2014 à l'Elysée, à Paris
Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, le 10 septembre 2014 à l'Elysée, à Paris — Patrick Kovarik AFP

Ségolène Royal l’affirme, la loi de transition énergétique «va changer la vie des Français». En débat à l’Assemblée nationale ce mercredi, le projet porté par la ministre de l’Ecologie vise à donner un «autre modèle énergétique» à la France et est «une occasion de fonder un autre modèle économique», estime Ségolène Royal.

Quelles sont les principales mesures de la loi de transition énergétique?

La ministre a souligné ce mardi matin sur France Inter que la rénovation énergétique des bâtiments constituait «le principal chantier» de la loi, avec la création d'un crédit d'impôt «qui va permettre aux Français d'engager des travaux sur leur logement». La loi devrait obliger à mener des travaux d’isolation ou de rénovation énergétique lors d’un ravalement ou d’un changement de toiture. Près de 100.000 artisans seront formés d’ici à 2017 et labellisés par l’Etat pour réaliser ces travaux: il faudra faire appel à eux pour pouvoir bénéficier des aides publiques.

La loi prévoit également le déploiement des véhicules électriques, avec un objectif de sept millions de points de recharge d’ici à 2020 dans le pays contre 10.000 aujourd'hui, une meilleure valorisation des déchets avec une réduction de 50% en dix ans des déchets non transformés, et un soutien aux énergies renouvelables pour les faire passer de 13% à plus de 30% du mix énergétique français.

Que deviendront les centrales nucléaires?

Le projet de loi sur la transition énergétique prévoit une réduction de la part du nucléaire de 75% à  50% de la consommation finale d’électricité à l’horizon 2025 en France. EDF garde la main sur son parc de centrales mais devra prendre en compte la stratégie définie dans les programmations pluriannuelles. Ces programmes de deux fois cinq ans devraient définir, en accord avec les plans stratégiques des industriels, le rythme de fermeture des réacteurs. La ministre de l'Ecologie a déclaré dimanche n'avoir pas tranché sur l'avenir de la centrale de Fessenheim, la plus ancienne de France, indiquant qu'elle ne savait «pas encore» quels réacteurs seraient fermés dans le cadre de la transition énergétique.

Combien cela va coûter?

Une ligne budgétaire de 5 milliards d'euros à la Caisse des Dépôts va «permettre à toutes les collectivités d'engager les travaux sur tous les bâtiments publics», a indiqué Ségolène Royal, qui a également promis de débloquer 10 milliards d’euros d’ici à 2017. Toutefois, la ministre a récusé l'idée que la transition énergétique serait coûteuse: «Ça ne coûte pas, ça rapporte, la transition énergétique», assure-t-elle, tablant sur une réduction des importations d’énergie, notamment de pétrole, et donc sur un allégement de la facture énergétique de la France «qui pèse lourdement sur la productivité économique des entreprises». La ministre rappelle aussi que l'objectif de la loi est de «créer 100.000 emplois dans les filières de la croissance verte».