Le lait de la ferme des «mille vaches» bientôt au rayon frais

ALIMENTATION Un groupe de militants opposés à la production industrielle de lait veut tracer le lait produit dans la ferme des «mille vaches», dans la Somme…

Audrey Chauvet

— 

Les premières vaches laitières de la controversée "ferme des 1.000 vaches" à Drucat, dans la Somme, après leur arrivée le 13 septembre 2014
Les premières vaches laitières de la controversée "ferme des 1.000 vaches" à Drucat, dans la Somme, après leur arrivée le 13 septembre 2014 — . AFP

Les blocages, démontages et actions en justice n’auront pas eu raison de la ferme des «mille vaches»: cette immense étable, censée accueillir 1.000 vaches laitières près d’Abbeville dans la Somme, a reçu ses premières occupantes samedi 13 septembre. Ses opposants, la Confédération paysanne, l’association de riverains Novissen et les élus écologistes locaux, ont tenté une dernière action de blocage après plus de trois années de lutte contre ce projet qu’ils jugent risqué pour l’environnement et qui symbolise pour eux les excès de l’agriculture intensive.

>> La ferme des mille vaches, tout comprendre en images

Alors que le premier camion de lait a fait sa collecte le 15 septembre dans la ferme, qui compte pour le moment 150 vaches, l’opposition se tourne maintenant vers les consommateurs. Une page Facebook «Je ne boirai pas du lait des 1.000 vaches» a recensé près 3.500 likes en deux jours. Le gestionnaire de la page, «simple militant écologiste du fin fond du Loiret» comme il l’explique à 20 Minutes, y accuse nommément le groupe laitier Senoble de s’approvisionner en lait des «mille vaches». Pour preuve, il se base notamment sur un reportage réalisé par Reporterre sur place en début de semaine, qui a suivi le camion de collecte de la ferme jusqu’à un centre de collecte de Senoble.

Pour les opposants à la ferme, il n’y a donc plus de doute sur la destination du lait. Contacté par 20 Minutes, le groupe Senoble dénonce pour sa part un «amalgame énorme»: «Ce n’est pas Senoble mais sa filiale Senagral qui s’approvisionne à la ferme des mille vaches», précise-t-on. Senagral est une filiale de Senoble, détenue à 51% par le groupe Agrial. Elle fabrique des produits laitiers destinés aux marques distributeurs. Pour Pierre Dupraz, économiste à l'Institut national de la recherche agronomique, interrogé par La Tribune, l’intérêt de s’approvisionner dans des exploitations de grande taille permet de «répondre à une demande de l’industrie agroalimentaire de baisser les coûts de la collecte». Aujourd’hui, les militants anti-ferme des mille vaches n’ont plus d’autre recours que d’espérer que la mobilisation des consommateurs puisse nuire à l’exploitation.