Ecolo-sceptique, le Premier ministre australien sèche le sommet sur le climat

© 2014 AFP

— 

Le premier ministre australien, Tony Abbott, le 6 septembre 2014, près de Kuala Lumpur, en Indonésie
Le premier ministre australien, Tony Abbott, le 6 septembre 2014, près de Kuala Lumpur, en Indonésie — Mohd Rasfan AFP

Le premier ministre australien, Tony Abbott, qui a par le passé qualifié «de connerie absolue» le réchauffement climatique, a annoncé lundi qu'il ne participerait pas au sommet de l'ONU sur le climat le 23 septembre.

M. Abbott, conservateur, a indiqué qu'il se rendrait à New York peu de temps après ce sommet mais qu'à cette date, il avait mieux à faire au parlement à Canberra. «Dans un sens, mon premier devoir est d'être au parlement australien et c'est là que je serai en début de semaine (prochaine)».

«Il y a pas mal de choses à l'ordre du jour du Parlement», a-t-il déclaré alors qu'une nouvelle loi antiterroriste doit être présentée.

La ministre des Affaires étrangères, Julie Bishop, représentera l'Australie au sommet sur le climat, convoqué par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans l'espoir de préparer la prochaine grande conférence mondiale de Paris en 2015.

Le président Barack Obama devrait pour sa part participer à ce sommet, aux côtés de 125 autres chefs d'Etat.

«Le fait de venir ou pas est un signal envoyé au monde, c'est à votre Premier ministre et votre gouvernement de décider quel message ils souhaitent envoyer sur ce sujet», a déclaré à ABC, Connie Hedegaard, commissaire européenne au Climat.

Peu préoccupé par les questions environnementales, Tony Abbott a abrogé en juillet dernier la taxe carbone, instaurée par le précédent gouvernement travailliste.

Il s'est toutefois engagé à réduire de 5% d'ici à 2020 la quantité de gaz à effet de serre émise par l'Australie au courant de l'année 2000.