Royaume-Uni: l'extraction du gaz de schiste interdite dans les parcs nationaux sauf exceptions

© 2014 AFP

— 

Une manifestation contre l'extraction du gaz de schiste au Royaume-Uni, le 19 mars 2014, à Londres
Une manifestation contre l'extraction du gaz de schiste au Royaume-Uni, le 19 mars 2014, à Londres — Ben Stansall AFP

L'extraction du gaz de schiste au Royaume-Uni sera interdite dans les parcs nationaux sauf «circonstances exceptionnelles», a indiqué lundi le gouvernement britannique, en lançant une nouvelle série d'appels d'offres pour cette exploitation controversée.

Environ la moitié du territoire britannique est potentiellement ouverte au «fracking», technique d'extraction par fracturation hydraulique dénoncée par les écologistes, mais que Londres a décidé de développer massivement, en mettant en avant les retombées économiques positives de cette nouvelle source d'énergie.

Les règles annoncées lundi stipulent que les demandes d'exploitation dans les parcs nationaux et les zones naturelles protégées doivent être rejetées sauf en cas de «circonstances exceptionnelles et dans l'intérêt public».

Dans l'hypothèse où une entreprise ferait appel d'un tel refus, le ministre des collectivités locales peut se réserver le droit de trancher en dernier ressort.

«Les nouvelles directives publiées aujourd'hui vont protéger les grands parcs nationaux britanniques et les paysages d'exception», a assuré le secrétaire d'Etat chargé du Commerce et de l'Energie Matthew Hancock.

Mais un militant de Greenpeace, Simon Clydesdale, a fustigé une «imposture». «Si le gouvernement était vraiment sérieux sur la protection de nos parcs nationaux, il aurait dû les mettre hors de portée des exploitants», a-t-il dit.

«En introduisant une exception sous le terme vague d'+intérêt public+, (le gouvernement) a créé une énorme faille qui pourrait permettre le +fracking+ sur toutes ces zones protégées, avec le risque de causer de graves dommages environnementaux à un patrimoine naturel unique», a-t-il dénoncé.

Le gouvernement a quant à lui réaffirmé les vertus de l'exploitation du gaz de schiste qui «a le potentiel d'apporter une plus grande sécurité énergétique, des emplois et de la croissance», selon Matthew Hancock.

L'exploitation du gaz de schiste, interdite en France notamment, est en revanche massive aux Etats-Unis, où elle a fait chuter les cours du gaz naturel.

La politique pro-«fracking» du gouvernement suscite au Royaume-Uni de fortes résistances, notamment de la part des riverains des sites concernés par cette exploitation.

Des militants ont indiqué lundi avoir installé un campement près d'un site dans l'est de l'Irlande du Nord, où des forages exploratoires doivent être menés en août.

Le procédé de fracturation hydraulique consiste à créer des fissures souterraines et y infiltrer un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques, pour permettre l'extraction de gaz capturé dans la roche.

Les inquiétudes se focalisent sur la pollution que pourraient causer les substances chimiques utilisées, notamment dans les nappes phréatiques.