Un public nombreux se masse dans les cols de montagne et produit chaque année plusieurs tonnes de déchets.
Un public nombreux se masse dans les cols de montagne et produit chaque année plusieurs tonnes de déchets. — J.-C. Bott/SIPA

ENVIRONNEMENT

Un Tour de France nettement plus propre

Pour éviter de laisser une trace du passage du Tour de France en montagne, un dispositif spécifique de collecte des déchets est mis en place…

Les pentes du Mont Ventoux s’en souviennent encore. En 2009, 500.000 spectateurs venaient admirer sur le sommet les prouesses du peloton du Tour de France, laissant derrière eux 20 tonnes de déchets. Les fans d’Alberto Contador, Andy Schleck et Bradley Wiggins n’avaient pas pris la peine de remporter avec eux leurs 30.000 bouteilles en plastique et 20.000 canettes, ni même de les jeter dans les conteneurs mis à leur disposition.

Pour éviter que cette mésaventure ne se reproduise, la société organisatrice du Tour (A.S.O.) signe depuis quatre ans un partenariat avec l’Agence régionale du développement durable de Midi-Pyrénées (Arpe) pour déployer un dispositif de gestion des déchets sur l’ensemble des étapes de montagne.

Distribution de sacs

Les 13 et 14 juillet, près de 3.800 sacs ont ainsi été distribués au public présent sur les deux étapes du massif vosgien sur le thème «C’est mon Tour, je préserve les montagnes». Rebelote à partir de ce vendredi pour les deux ascensions des Alpes et la semaine prochaine dans les Pyrénées.

«Dans les cols, il y a une concentration de public qui produit énormément de déchets d’alimentation, de boissons. Certains arrivent même bien avant l’étape du Tour, donc nous sensibilisons ces campeurs au respect de la montagne mais nous leur demandons aussi d’imaginer ce que cela leur ferait s’ils arrivaient sur une étape et que leurs prédécesseurs aient laissé l’endroit sale», explique Gérard Poujade, le président de l’Arpe qui constate que la caravane publicitaire a elle-même « réduit le nombre de goodies qu’elle distribue ».

Son agence travaille toute l’année sur ce dossier. En amont avec les collectivités pour organiser le jour du passage du Tour la mise en place de conteneurs et bornes de recyclages aux endroits clés, mais aussi recruter une équipe pour gérer ce dispositif. Et lors du passage du Tour pour distribuer plus de 25.000 sacs aux spectateurs de la Grand Boucle et les sensibiliser.

120 tonnes d’ordures collectées en 2013

En 2013, lors des 5 étapes de montagne, 120 tonnes d’ordures ménagères ont été collectées, ainsi que 7 tonnes d’emballages et une tonne de verre. Il y a quatre ans, ce chiffre était de 90 tonnes. «L’an passé, les collectivités ont constaté que le lendemain du passage du peloton, les cols étaient propres», assure Gérard Poujade.

La première expérience de gestion des déchets a été menée par l’Arpe Midi-Pyrénées en 2000 sur le massif des Pyrénées. Sept ans plus tard, lors de l’étape reliant Tarbes au Val d’Aran, près de 70 tonnes avaient été collectées.