Les bouquetins de retour dans les Pyrénées

Biodiversité En visite samedi dans le parc national des Pyrénées, Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie, devrait annoncer le retour de ces caprins sur le massif…

Béatrice Colin

— 

Un premier lâcher de quarante bouquetins aura lieu à Cauterets et Ustou en avril (illustr.).
Un premier lâcher de quarante bouquetins aura lieu à Cauterets et Ustou en avril (illustr.). — Parc national des Pyrénées/J-P. Crampe

Il aura posé ses sabots sur les falaises des Pyrénées avec plus d’un an de retard. Disparu en 2000, le bouquetin doit faire officiellement son grand retour sur le versant français du massif ce week-end, lors d’une visite au Parc national des Pyrénées de Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie.

Selon certaines rumeurs, un premier spécimen aurait déjà été lâché en fin de semaine dernière. Mais l’arrivée du cousin des isards, l’espèce emblématique des Pyrénées, n’a pas fait vraiment de vagues sur le massif, contrairement aux lâchers d’ours. Lors d’une consultation du public en 2012, aucune opposition n’avait vu le jour.

300 spécimens pour une population viable

Le retour de cette espèce protégée aurait dû avoir lieu au printemps 2013 avec le lâcher d’une vingtaine de mâles et femelles près de Cauterets. Du côté du Parc national des Pyrénées, ce projet est dans les cartons depuis 1987. Mais l’accord franco-espagnol qui devait entériner cette réintroduction a tardé à être signé du côté de Madrid.

L’objectif initial était de lâcher 160 spécimens, prélevés de l’autre côté du massif. Et comme l’espèce aux cornes torsadées en forme de lyre se reproduit facilement, la croissance des effectifs pourrait s’accroître de 30% chaque année. Pour avoir une population viable, les spécialistes estiment qu’il faut atteindre le nombre de 300 individus.