Journée mondiale sans sac plastique: Ségolène Royal réaffirme ses engagements

ENVIRONNEMENT La ministre de l’Ecologie a présenté ce jeudi les mesures adoptées dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité pour lutter contre la pollution…

Romain Lescurieux

— 

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le 18 juin 2014 à Paris
La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le 18 juin 2014 à Paris — Stéphane de Sakutin AFP

Véritable fléau pour l’environnement, les sacs plastiques distribués par milliards chaque année aux caisses des magasins, comptent désormais leurs jours. En effet, dès le 1er janvier 2016, les sacs plastiques non réutilisables seront interdits, à l’exception des sacs compostables (compostage domestique) et biosourcés pour l’emballage alimentaire.

«L’amendement permettra d’approfondir et d’accélérer la dynamique amorcée»

A l’occasion de la journée mondiale sans sac plastique qui se tient ce 3 juillet à l’initiative de différentes ONG (Ligue de Protection des Oiseaux, SurfRider ou encore GoodPlanet), la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, a réaffirmé sa position concernant la fin des sacs plastiques qui nuisent à plus de 260 espèces, principalement marines.

«Des actions ont déjà été mises en œuvre en France pour permettre une forte réduction des sacs de caisse distribués dans les grandes surfaces alimentaires passant de 10 milliards à 700 millions en moins de dix ans», a déclaré la ministre. Mais désormais «l’amendement permettra d’approfondir et d’accélérer la dynamique amorcée», a-t-elle ajouté.

En effet, le ministère estime qu’au niveau européen, 8 milliards de sacs plastiques sont abandonnés chaque année dans la nature, mettent des centaines d’année à se dégrader et sont ingérés par les animaux marins et les oiseaux.

«J’espère que nous, pays riche, nous en sommes capables»

«Effectivement, les oiseaux sont massivement touchés par cette pollution. Car ils confondent les boulettes de sacs plastiques avec des œufs de poissons», s’exclame Allain Bougrain Dubourg, de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Les tortues marines sont également l’un des cas les plus emblématiques: 86% des espèces de tortues marines sont touchées par ce phénomène.

Dans ce contexte, toutes les ONG concernées saluent l’initiative du ministère. Yann Arthus-Bertrand, de l’association GoodPlanet, attend aussi beaucoup de cette mesure. «Les pays en voie de développement comme le Mali, le Sénégal ou Haïti, ont d’ores et déjà interdit ces sacs plastiques, alors j’espère que nous, pays riche, nous en sommes capables. Sinon c’est révoltant», s’est exclamé le photographe.