Transition énergétique: Une loi pour recharger les batteries de l'Hexagone

ENERGIE Obligation de rénovation thermique des bâtiments, généralisation des bornes de recharge pour véhicules électriques: ce que va changer la loi sur la transition énergétique de Ségolène Royal…

Audrey Chauvet

— 

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le 13 mai 2014 à Paris
La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le 13 mai 2014 à Paris — Pierre Andrieu AFP

Création d’emplois, croissance de filières industrielles, diminution des émissions de gaz à effet de serre et économies d’énergie… Le projet de loi de programmation sur la transition énergétique, présenté ce mercredi en Conseil des ministres par Ségolène Royal, veut recharger les batteries de la France. Présentée comme un levier de croissance économique par le ministère de l’Ecologie, le projet cherche à inciter les particuliers, les entreprises et les collectivités à réaliser des économies d’énergie. 20 Minutes fait le point sur ses objectifs.

Isolation thermique et voitures électriques

La rénovation thermique des bâtiments, qui représentent près du quart des émissions de gaz à effet de serre de la France, représente un premier levier. La loi sur la transition énergétique veut faciliter la réalisation de travaux d’isolation thermique par un dispositif de soutien financier élargi, sous forme de crédit d’impôt. Elle oblige à mener des travaux d’isolation ou de rénovation énergétique lors d’un ravalement ou d’un changement de toiture. Près de 100.000 artisans seront formés d’ici à 2017 et labellisés par l’Etat pour réaliser ces travaux: il faudra faire appel à eux pour pouvoir bénéficier des aides publiques.

Les transports illustrent le deuxième grand gisement de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La loi encourage le recours aux véhicules propres, dont les voitures électriques, en systématisant l’installation de bornes de recharges dans les parkings et les nouveaux bâtiments. L’objectif du ministère de l’Ecologie est d’atteindre sept millions de points de recharge en France d’ici à 2020. Lors des remplacements de véhicules dans les flottes de l’Etat, un véhicule neuf sur deux devra être électrique, précise le cabinet de Ségolène Royal.

Soutien aux renouvelables

Les déchets sont mis à contribution. Le projet de loi prévoit une baisse de 7% des déchets ménagers entre 2010 et 2020 et une réduction de 50% en 10 ans des déchets mis en décharge sans valorisation, a chiffré ce mardi le député écologiste François-Michel Lambert. La méthanisation (transformation des déchets biologiques en gaz) devrait donc être développée pour que nos poubelles se transforment en énergie.

Pour passer des 13% d’énergies renouvelables consommés aujourd'hui à l’objectif de 32% en 2030, les mécanismes de tarifs de rachat garantis seront remplacés par un système de vente de l’électricité au prix du marché assorti d’une prime pour les producteurs d’électricité éolienne ou solaire. Un moyen d’éviter la formation d’une «bulle» spéculative autour de la production d’énergie verte.

En revanche, aucune annonce majeure sur le nucléaire. EDF garde la main sur son parc de centrales, mais devra prendre en compte la stratégie définie dans les programmations pluri-annuelles. Ces programmes de deux fois cinq ans devraient définir, en accord avec les plans stratégiques des industriels, le rythme de fermeture des réacteurs pour atteindre l’objectif de 50 % d’énergie nucléaire d’ici à 2025, contre près de 80 % à l’heure actuelle.