Planète

Journal de l'environnement: «Une vérité qui dérange» décroche un oscar

RECHAUFFEMENT – Le documentaire d’Al Gore a remporté le prix du meilleur film documentaire…

Lundi 26 février

Les candidats notés sur leur programme écologique

Les associations de défense de l'environnement ont décerné lundi un bulletin de notes très moyen aux principaux candidats à l'élection présidentielle, dans lequel seules Dominique Voynet, Corinne Lepage et Ségolène Royal se situent au dessus de la moyenne. Cette notation a été réalisée en évaluant les programmes de chacun des dix candidats retenus par l'Alliance pour la planète, au regard de 24 propositions que la coalition écologiste estime indispensables pour la défense de l'environnement.
 

Dimanche 25 février
 
Al Gore va-t-il faire son retour par Hollywood ? Vice-président des Etats-Unis de 1993 à 2001, candidat malheureux contre George W. Bush en 2000, Al Gore s'est fait le héraut de la lutte contre le réchauffement climatique. Avec succès puisque son film, «Une vérité qui dérange» a remporté dimanche l'Oscar du meilleur film documentaire.

Jeudi 22 février

Catho et écolo

Un bon catholique est aussi un bon écologiste. C’est le sens de l’appel du chef de file de l'Eglise catholique allemande, le cardinal Karl Lehmann, à faire le «jeûne de l'automobile» en laissant la voiture au garage pendant la période du carême, dans un geste de respect de l'environnement.
«Le temps de pénitence du carême nous invite à repenser notre style de vie. Nous négligeons trop souvent les choses qui sont néfastes pour notre environnement et pour nos prochains», explique dans le quotidien populaire Bild de jeudi, Mgr Lehman. «Profitons de la période du jeûne pour contribuer à l'amélioration du climat, par exemple en faisant le jeûne de l'automobile», ajoute-t-il.

En Terre Adélie, tendance à un léger refroidissement

En plein réchauffement climatique mondial, la Terre Adélie vogue à contre-courant. Le temps y a en effet rafraîchi très légèrement depuis 1980, de 0,5° C, selon Météo France qui mène des recherches sur place. Un résultat découvert après avoir étudié les données enregistrées ces 50 dernières années et effectué quotidiennement des relevés, avec des ballons lâchés dans les airs.

Mercredi 21 février

Pour ou contre les OGM ?

Vous êtes invités à donner votre avis sur les OGM… si vous maîtrisez le sujet. Une consultation du public sur la mise en place d’expérimentations de plantes génétiquement modifiées a été lancée mardi. Il vaut néanmoins mieux être pointu sur le sujet. Les dossiers déposés par différentes entreprises, notamment Monsanto, pèsent plusieurs dizaines voire centaines de pages et fourmillent de termes scientifiques. Le résultat sera disponible à partir du 14 mars sur le site.

La pollution s'étend en Alsace

Après Strasbourg, Mulhouse subit la pollution aux particules urbaines et industrielles.


Mort inhabituelle de baleines au large de l’Espagne

Des scientifiques et défenseurs de la nature ont dénoncé mercredi en Espagne la mort «inhabituelle» de six cétacés en trois mois dans le détroit Gibraltar (sud), probablement à cause de la pollution.
«Depuis trois mois, six animaux de cette espèce (des baleines pilotes, ndrl) presque tous adultes et bien alimentés, ont disparu», selon le Centre de récupération des espèces marines menacées du gouvernement régional andalou.
Cette mortalité représente 2% des baleines pilotes du détroit de Gibraltar, où vivent environ 260 cétacés de ce type, ont dénoncé l'Association de défense de la nature WWF/Adena et le Groupe de recherches sur les cétacés (Circé) dans un communiqué. Ils attribuent cette mortalité encore inexpliquée à plusieurs «déversements» de déchets, comme celui du navire Sierra Nava, échoué fin janvier sur la côte d'Algésiras (sud) et qui a perdu plus de 100 tonnes de carburant pur.

Vaste programme de reforestation au Mexique

Le Mexique veut doper les poumons de la Terre. Alors que la forêt amazonienne va mal, le pays lance un ambitieux programme de reforestation. Objectif : planter 250 millions d'arbres seront en 2007, soit le quart de ce que préconise l'Onu dans le monde dans le cadre de sa campagne «Un milliard d’arbres» contre le réchauffement climatique.
Cette mesure mexicaine représente un investissement de plus de 6 milliards de pesos (430 millions d'euros). Le Mexique espère ainsi sortir d’une situation délicate, résultat de la multiplication des coupes illégales d’arbres et de l'exploitation incontrôlée des forêts au cours des dernières années.

Mardi 20 février

Pollution d’un réservoir d’eau dans la Nièvre

Une pollution aux hydrocarbures a été constatée dans un réservoir d'eau, dans la Nièvre. Conséquence : les 6.800 habitants des quatre communes alimentées par ce réservoir, près de Decize, sont «invités à ne pas consommer l'eau du robinet mardi»
Selon la gendarmerie, une citerne contenant environ 700 litres de fioul aurait été renversée par inadvertance durant le week-end par la société qui effectuait un nettoyage du château d'eau, situé à Saint-Léger-Des-Vignes. Les hydrocarbures se seraient ensuite infiltrés dans la réserve d'eau souterraine.
La société Veolia Eau (Division Eau de Veolia Environnement) qui assure la gestion du réseau de distribution a mis deux citernes d'eau à la disposition de la population et a effectué des distributions de bouteilles d'eau potable.

L'Europe d'accord sur l'après-Kyoto


Après des semaines de désaccord, les ministres européens de l’Environnement sont tombés d’accord sur une réduction de leurs émissions de CO2. Selon le ministre allemand Sigmar Gabriel, les 27 sont d'accord sur l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre «d'au moins 20%» d'ici 2020. Le chiffre passerait à 30% en cas d'un accord au niveau international qui inclurait les pays en voie de développement, non soumis aux quotas de CO2, «selon leurs responsabilités et possibilités respectives». Seul point noir: la «répartition du fardeau entre les 27», dixit la présidence allemande, n’est pas encore fixée.
Si accord il y a, il sera ensuite soumis à l'approbation des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE lors du sommet européen des 8 et 9 mars prochains.

Tout l'enjeu des négociations à venir est d'assurer l'après-Kyoto, en y associant les Etats-Unis qui n'ont pas ratifié le texte et des pays comme la Chine et l'Inde, dont les émissions cumulées auront dépassé celles des Etats-Unis en 2015.
Selon l'UE, les négociations sur ce nouvel accord devraient démarrer lors le la prochaine conférence de l'ONU sur le climat, en décembre à Bali, et être achevées en 2009.

L'Australie, écolo malgré tout


Ne pas avoir signé le protocole de Kyoto n’empêche pas de donner des leçons. L’Australie a annoncé mardi qu’elle allait bannir les ampoules électriques classiques.
«Le réchauffement climatique est un défi à l'échelle de la planète. J'encourage les autres pays à suivre l'exemple de l'Australie et à adopter des produits plus économes comme les ampoules fluorescentes», a expliqué le ministre de l'Environnement Malcolm Turnbull.
Le Premier ministre conservateur John Howard, fervent opposant du protocole de Kyoto, a loué une décision «réaliste», par opposition aux «nombreuses choses trop alarmistes qui sont dans l'air». Une position quelque peu adoucie par l'approche d'élections générales prévues d'ici la fin de l'année. La population australienne prend en effet conscience du réchauffement climatique, en raison notamment de la sécheresse historique que subit le pays-continent, déjà le plus sec au monde.

Lundi 19 février

50% de chances de sauver la banquise

Il est peut-être trop tard pour enrayer la fonte des glaces. Selon de nouvelles études menées au Groenland et en Antarctique, les chances d’éviter ce scénario seraient tombées à 50%. Avec comme risque direct la hausse du niveau des océans, évalué entre quatre et six mètres sur plusieurs siècles, selon les scientifiques. Directement visées par ce risque, des villes proches des côtes comme Londres, New York ou Tokyo, qui pourraient faire face à des crues.

Les climatologues doivent revoir leur copie

Le rôle de l'évaporation de l'Atlantique tropical sur le climat aurait été sous-estimé. C’est le constat d’une étude française à paraître jeudi dans la revue scientifique britannique «Nature». Ces travaux devraient conduire les climatologues à revoir leurs modèles qui expliquent les ralentissements du Gulf Stream constatés dans le passé exclusivement par l'arrivée d'un excès d'eau douce aux hautes latitudes, liée à la fonte des calottes glaciaires.