VIDEO. L’aigle de l’OGC Nice, une animation «dangereuse» qui n’est pas du goût des amis des animaux

FOOTBALL Les défenseurs des animaux ne voient pas d’un très bon œil les animations d’avant-match avec des rapaces…

Audrey Chauvet

— 

L'aigle de l'OGC Nice, devenu la mascotte du club, le 18 décembre 2013, à l'Allianz-Riviera.
L'aigle de l'OGC Nice, devenu la mascotte du club, le 18 décembre 2013, à l'Allianz-Riviera. — JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

L’aigle de l’OGC Nice a volé dans les plumes de la Ligue de football professionnel (LFP): ce samedi soir, la mascotte du club de football niçois a pris son envol avant le coup d’envoi du match contre Lorient, allant à l’encontre de la décision de la LFP d’interdire cette animation animale. Motif de l’interdiction de stade: l’aigle niçois aurait «un comportement dangereux» pour les spectateurs.

Supporters, mettez des gants en cuir

Chez les supporters azuréens, la décision de la LFP est très mal passée. Les messages de contestation se sont multipliés sur Twitter tandis que le maire de Nice, Christian Estrosi, faisait part de son «incompréhension» dans un courrier adressé à la Ligue de football.

 

Mais du côté des défenseurs des animaux, la décision de la LFP paraît justifiée. «Un rapace peut être dangereux dans un stade car le fait de lever les bras est un appel pour lui. C’est ainsi que les fauconniers captent son attention, explique Pascal Orabi, responsable de programme de la mission rapaces à Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Donc si un spectateur se lève ou lève les bras et que l’oiseau vient se poser sur lui, avec ses serres de 10cm de long, il risque de s’en souvenir…»

La différence avec un spectacle de faucons, comme il en existe dans les zoos ou les parcs d’attraction, résiderait dans les consignes données au public (ne pas se lever, ne pas faire de mouvements brusques…) et dans «le message éducatif» véhiculé: «L’utilisation de rapaces captifs à titre éducatif peut permettre de sensibiliser le grand public sur l’intérêt de ces oiseaux, mais nous ne prônons pas leur instrumentalisation à des fins purement événementielles», rappelle Pascal Orabi.

Un symbole de «rassemblement»

Le club de football niçois n’est pas le seul à chauffer le stade avec un vol de rapace: le Benfica Lisbonne anime ses avant-matchs avec un rapace depuis des années, sans aucun incident notable, et la Lazio de Rome avait aussi son rapace pour intimider les adversaires avant le match.

Si les Niçois voient l’aigle de l’OGC Nice comme un symbole de «rassemblement» autour des armoiries de leur ville, Pascal Orabi déplore que les rapaces soient encore porteurs d’une image d’agressivité: «Il s’agit d’oiseaux qui ont longtemps souffert d’une mauvaise réputation et cela a contribué à leur disparition», estime-t-il. Pourtant, à Nice, si l’aigle peut craindre l’excitation des supporters ou l’apparition de Zlatan Ibrahimovic sur la pelouse, il n’a pas à s’en faire pour sa réputation: les enfants des écoles niçoises vont prochainement donner un nom à l’oiseau, devenu incontournable à l’Allianz Riviera.