La Côte méditerranéenne, terre de tremblements

GEOLOGIE Le séisme survenu lundi soir est l'un des plus forts enregistrés ces dernières décennies...

Fabien Binacchi

— 

google map vallée de l'ubaye
google map vallée de l'ubaye — capture d'écran Google map

Stupeur... et tremblements dans le sud-est. Lundi soir, les habitants de Grenoble à Marseille en passant par Nice se sont fait surprendre par «un séisme comme il s'en produit en moyenne tous les trente ans, dans cette région particulière», explique François Thouvenot, le responsable du réseau Sismalp, à Grenoble.  Située dans la zone de compression que forment les Alpes, entre les plaques tectoniques africaine et eurasienne, la Côte d'Azur est donc exposée. Mais jusqu'à quel point?

Cette fois-ci, la secousse, de magnitude supérieure à  5, n'a provoqué que quelques dégâts matériels au plus près de l'épicentre. Elle s'est déclenchée à près de 10 km de profondeur, entre les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes. L'épicentre se trouvait dans la vallée de l'Ubaye, «parcourue par tout un réseau de petites failles», indique François Thouvenot, le responsable du réseau de surveillance Sismalp. «De grosses secousses provoquent de nombreuses répliques et également des "essaims" de séismes plus légers. Nous avions rencontré ce phénomène entre 2003 et 2004, notamment. Il y avait eu alors près de 16 000 secousses», poursuit le chercheur.

Et elle a été intensément ressentie sur tout le littoral, de l'Italie jusqu'à Marseille, et même perçue en Haute-Savoie. «Mais avec un séisme plus intense et plus proche, l'impact serait irrémédiablement plus fort. Et ce risque est pris en compte, relève Bertrand Delouis du réseau d'observation sismologique Géozur, basé à Sophia-Antipolis. En 1887, une secousse partie d'Italie, au large d'Imperia [magnitude comprise entre 6 et 6, 5], avait fait des victimes, notamment du côté de Menton.»

Des secousses plus intenses

En 1909 en Provence, à Lambesc, un autre phénomène (6,4 sur l'échelle de Richter) avait fait 46 morts et plus de 250 blessés. Pour ce genre de secousses, les ruptures à la surface du sol peuvent dépasser les 20 cm. L'hypothèse d'un tremblement de terre encore plus dévastateur resterait pourtant assez peu probable dans la région.

«La zone est régulièrement concernée. Et il pourrait y avoir des séismes plus forts. Mais d'une telle ampleur, on ne le pense pas. Compte tenu surtout de la faible vitesse de déformation des sols dans le sud-est», rassure Jérome Van Der Woerde, chercheur au CNRS du Bureau central de sismologie français.