Espagne: réouverture d'une mine 16 ans après une grave pollution

© 2014 AFP

— 

L'entrée de la mine d'Aznalcollar, en Andalousie, en avril 1998, après une grave pollution aux boues toxiques
L'entrée de la mine d'Aznalcollar, en Andalousie, en avril 1998, après une grave pollution aux boues toxiques — Dominique Faget AFP

La mine de métaux d'Aznalcollar, en Andalousie, sera bientôt rouverte, 16 ans après avoir provoqué l'une des plus graves catastrophes écologiques en Espagne, a annoncé la région, qui mise sur la création de 1.300 emplois pour endiguer un chômage record.

Grâce à un accord noué jeudi entre les autorités régionales et le gouvernement, qui met fin à leur contentieux administratif dans ce dossier, «le gouvernement central, sur demande du gouvernement autonome d'Andalousie, effectuera lors du Conseil des ministres la déclaration de réserve des droits miniers dans la zone», riche notamment en cuivre, plomb et zinc.

«L'accord prévoit que l'appel d'offres lancé par l'administration andalouse pour l'exploitation de la mine se poursuivra, sous la direction du gouvernement régional», a expliqué dans un communiqué la région, qui table sur «la réouverture de la mine au premier trimestre 2015».

Sa remise en fonction devrait permettre la création de 1.300 emplois directs et indirects dans cette région du sud de l'Espagne, frappée par le taux de chômage le plus élevé du pays (36,32%).

La mine à ciel ouvert d'Aznalcollar, d'une surface de près de 950 hectares, compte encore des réserves de 80 millions de tonnes de métaux (cuivre, plomb, zinc, or et argent), selon les autorités locales.

Elle est tristement célèbre en Espagne pour avoir été le lieu d'une catastrophe écologique, l'une des graves du pays: en avril 1998, la rupture d'une digue d'un bassin de stockage avait provoqué le déversement de plus de 7 millions de tonnes de de boues toxiques sur quelque 5.000 hectares alentours.

Le gouvernement andalou réclame toujours, sans succès, 90 millions d'euros de dommages et intérêts à l'entreprise suédoise Boliden qui l'exploitait.

Le projet de rouvrir la mine est dénoncé par les écologistes: l'association Ecologistas en Accion a jugé qu'il s'agissait de «fausses promesses en termes d'emploi» et prévenu que cela «mènera sans aucun doute aux même conséquences environnementales que la catastrophe annoncée des mines d'Aznalcollar en avril 1998».