VIDEO. Fessenheim: Promesses de fermeture et incidents

NUCLEAIRE La promesse de François Hollande de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim laisse beaucoup de sceptiques, à commencer par Greenpeace...

Maxime Deloffre

— 

Greenpeace alerte François Hollande sur sa promesse de fermer le site de Fessenheim.
Greenpeace alerte François Hollande sur sa promesse de fermer le site de Fessenheim. — 20 Minutes

Greenpeace ne reste pas les bras croisés. Cinquante-six militants ont pénétré ce mardi 18 mars le site de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace.

Trente-quatre personnes ont été interpellées, mais elles ont eu le temps de déployer une banderole sur le dôme de protection de l’un des deux réacteurs: «Stop risking Europe» («Arrêtez de faire courir des risques à l’Europe»).


Promesse de Hollande

La centrale de Fessenheim, mise en service en 1978, est la plus vieille de France. Au cours de sa campagne à l’élection présidentielle de 2012, le candidat François Hollande avait fait de sa fermeture l’une de ses 60 promesses.

Pourtant, si le site doit fermer ses portes «avant fin 2016», nombreux sont les sceptiques. D’abord, car les négociations entamées entre l’état et EDF en octobre 2012 semblent loin d’êtres avancées.

D’autre part car l’opérateur de la centrale, EDF, a réalisé des travaux en mai 2013, recevant l’autorisation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour poursuivre l’exploitation du site pendant «dix ans».

L’action de Greenpeace tentera de remettre le débat au coeur de l’actualité, un peu plus de trois ans après le désastre Fukushima, au Japon.

De la promesse de François Hollande à l’action de Greenpeace, retrouvez la chronologie du dossier «Fessenheim» dans la vidéo ci-dessous.