Loi sur la transition énergique: Hulot craint de la «perte en ligne»

© 2014 AFP

— 

L'écologiste Nicolas Hulot a déclaré craindre mardi que, comme "pour la conférence environnementale", il y ait de la "perte en ligne" entre le vaste débat sur la transition énergétique, "très bel exemple de concertation", et les décisions qui seront prises.
L'écologiste Nicolas Hulot a déclaré craindre mardi que, comme "pour la conférence environnementale", il y ait de la "perte en ligne" entre le vaste débat sur la transition énergétique, "très bel exemple de concertation", et les décisions qui seront prises. — Alain Jocard AFP

L'écologiste Nicolas Hulot a déclaré craindre mardi que, comme «pour la conférence environnementale», il y ait de la «perte en ligne» entre le vaste débat sur la transition énergétique, «très bel exemple de concertation», et les décisions qui seront prises.

Le débat sur la transition énergétique, qui a duré neuf mois et s'est achevé en juin, «a été un très bel exemple de concertation. Ces processus démocratiques (avec des) experts, ONG, scientifiques, collectivités locales, syndicats, c'est un très bon chemin», a-t-il déclaré.

«J'observe que de ce foisonnement, et c'est vrai par exemple pour la conférence environnementale, il y a énormément de perte en ligne», a-t-il ajouté lors d'une audition devant la Commission du développement durable de l'Assemblée nationale.

Pour lui, «on peut avoir le sentiment qu'une fois que les débats et les tables rondes sont fermés, il y a un certain nombre de décisions qui ne se font pas forcément dans la lumière».

Le gouvernement travaille actuellement à la rédaction d'une loi sur la transition énergétique, issue du débat qui a proposé un certain nombre de recommandations, afin de permettre à la France d'être moins dépendante des énergies fossiles et nucléaire. Le président François Hollande a assuré qu'elle serait votée avant la fin 2014.

Le député écologiste Denis Baupin, lors de cette audition, a également décrit «un peu de perte en ligne entre la richesse du débat (...) et cette loi qui a du mal aujourd'hui à émerger».

«Un certain nombre d'entre nous ont le sentiment que c'est en train de s'appauvrir», a-t-il déclaré.

Revenant sur la transition énergétique dont il a souligné l'importance, Nicolas Hulot a également indiqué qu'il aurait souhaité que dans le pacte de responsabilité proposé par M. Hollande aux entreprises, «un certain nombre d'aides soient aussi conditionnées en fonction des investissements, des orientations et des activités» liés à cette transition.