Robin des Bois salue la nouvelle «doctrine» française sur l'ivoire

© 2014 AFP

— 

L'ONG Robin des Bois a salué lundi le "changement de doctrine" de la France concernant ses stocks d'ivoire issus de saisies, le gouvernement s'apprêtant à détruire plusieurs tonnes de ce produit dont le commerce est interdit. 
L'ONG Robin des Bois a salué lundi le "changement de doctrine" de la France concernant ses stocks d'ivoire issus de saisies, le gouvernement s'apprêtant à détruire plusieurs tonnes de ce produit dont le commerce est interdit.  — Simon Maina AFP

L'ONG Robin des Bois a salué lundi le «changement de doctrine» de la France concernant ses stocks d'ivoire issus de saisies, le gouvernement s'apprêtant à détruire plusieurs tonnes de ce produit dont le commerce est interdit.

«Nous sommes très satisfaits que l'Etat français change de doctrine pour sa gestion des ivoires saisis», a déclaré Jacky Bonnemains, le président de Robin des Bois, lors d'une conférence de presse.

«Nous avions fait une demande dans ce sens l'année dernière, en septembre, le ministère de l'Ecologie nous avait indiqué que ce n'était pas leur intention mais, depuis, leur position a évolué», a indiqué M. Bonnemains. Ces derniers mois, plusieurs pays ont détruit de l'ivoire, comme les Etats-Unis en novembre ou la Chine début janvier.

Le gouvernement français, qui a aussi décidé d'un renforcement des sanctions et des moyens de lutte contre les trafiquants, doit procéder le 6 février à Paris à une destruction en public d'environ trois tonnes d'ivoire. L'ivoire sera broyé puis envoyé dans une cimenterie pour être brûlé.

Selon Robin des Bois, c'est la première fois que la France détruit de l'ivoire depuis 1989, année d'interdiction du commerce international de cette substance, désormais très prisée en Asie.

«Nous avons retrouvé dans nos archives une destruction de 720 défenses d'éléphants à Roissy en 1989», a précisé Jacky Bonnemains.

Selon le responsable de l'ONG, «la somme des saisies effectuées en France depuis 1978 s'élève à 17 tonnes».

Le ministère de l'Ecologie a indiqué procéder à un inventaire de l'ivoire saisi dans l'Hexagone au fil des ans et stocké dans des tribunaux ou des musées.

La France a annoncé en décembre vouloir procéder systématiquement à la destruction des futures saisies.