Vers de nouveaux lâchers d'ours dans les Pyrénées ?

BIODIVERSITE Une étude du Muséum le préconise...

Béatrice Colin

— 

Un nouveau plan ours est réclamé.
Un nouveau plan ours est réclamé. — G. Gobet/AFP

Le Muséum d'histoire naturelle vient d'apporter de l'eau au moulin des défenseurs des ours dans les Pyrénées. Dans une étude dévoilée fin janvier par des associations, les experts parisiens préconisent de lâcher rapidement et à minima «quatre femelles en Pyrénées occidentales et deux femelles pleines en Pyrénées centrales». Et ils préviennent que «tout retard nécessitera une probabilité d'intervention ultérieure beaucoup plus importante» pour le maintien de l'espèce.

Les militants satisfaits

Ce rapport, le Muséum ne l'a pas initié. Il l'a réalisé à la demande, en mai 2013, du ministère de l'Ecologie. Et c'est bien ce qui satisfait les militants. «A chaque nouveau gouvernement, un état des lieux ou une étude est réalisée. Et à chaque fois elle dit que la population n'est pas viable et le seul moyen de la conserver est d'avoir de nouveaux lâchers», plaide Alain Reynes, le directeur d'Adet-Pays de l'ours. L'association espère que le gouvernement sortir un nouveau plan ours dès 2014 comme il s'y est engagé. «Et nous maintenons notre proposition de réaliser nous-mêmes deux lâchers cette année», relève Alain Reynes.