Deux avocats à l’assaut de l’Antarctique

INTERVIEW Un couple de trentenaires va troquer la robe d’avocat contre la doudoune…

Propos recueillis par Audrey Chauvet

— 

Stéphanie et Jérémie Gicquel lors de leur expédition au Groenland en 2013.
Stéphanie et Jérémie Gicquel lors de leur expédition au Groenland en 2013. — Mike King

Pour les vacances, certains partent aux Bahamas, d’autres faire le GR20, Stéphanie et Jérémie Gicquel préfèrent traverser l’Antarctique. Ce couple de trentenaires, avocats dans le civil, n’en sont pas à leur premier voyage polaire : après un marathon au Pôle Nord en 2013, ils veulent s’attaquer à une traversée de l’Antarctique à ski en novembre 2014. Stéphanie Gicquel a expliqué à 20 Minutes comment elle envisageait une traversée de soixante jours par -50°C avec un sac de 60 kilos sur le dos.

Comment décide-t-on un jour de partir traverser l’Antarctique ? 

Nous sommes passionnés par les régions polaires. Nous sommes allés au Groenland, au Spitzberg, et nous avons été fascinés par la beauté et le froid. Il y aussi le challenge sportif : nous faisons beaucoup de trails, on aime les défis ! Un jour, nous avons eu l’idée de traverser l’Antarctique, et en faisant des recherches sur ceux qui l’avaient déjà fait, nous nous sommes dit que c’était possible.

Vous avez également développé un projet pédagogique autour de cette aventure. En quoi consiste-t-il ? 

Nous allons monter un projet en lien avec des lycéens en classe de seconde. Nous leur transmettrons des relevés scientifiques qu’ils pourront analyser avec leurs profs de SVT et de physique-chimie. Nous avons déjà rencontré les professeurs pour déterminer de quelles mesures ils pourraient se servir pour leurs cours et de quels appareils nous allons en conséquence avoir besoin. Le programme de seconde aborde des notions de santé, de sport, de froid, de climat, et nous allons pouvoir leur fournir des mesures du vent ou de la vitesse maximale aérobie, c'est-à-dire la vitesse de course à laquelle nous consommons le plus d’oxygène, par exemple.

A quoi va ressembler votre quotidien pendant la traversée ? 

Pour nous rendre sur la côte d’où nous allons partir, nous prendrons un vol avec quatre Norvégiens que nous avons rencontrés via notre site Web. Nous irons avec eux  jusqu’au pôle Sud. Ensuite, après le ravitaillement alimentaire et vestimentaire prévu à la station du Pôle Sud, nous serons seuls avec des sacs de 55 à 60 kilos pour moi, 70 à 80 pour Jérôme. La traversée devrait durer entre 60 et 70 jours, en fonction des conditions météo. Pour dormir, nous avons des sacs de couchage spéciaux. L’avantage par rapport au Pôle Nord, c’est qu’il n’y a pas d’ours qui rôdent : c’est un stress de moins la nuit ! Toute cette expédition coûtera 200.000 euros, nous cherchons encore des sponsors ou des gens qui pourraient nous fournir du matériel.