Eolien: nouvelle baisse des raccordements en France en 2013

© 2014 AFP

— 

Les raccordements d'éoliennes en France ont diminué de 15% en France en 2013, et sont très en-dessous du niveau nécessaire pour atteindre les objectifs officiels de 2020, a annoncé vendredi la fédération France Energie Eolienne (FEE).
Les raccordements d'éoliennes en France ont diminué de 15% en France en 2013, et sont très en-dessous du niveau nécessaire pour atteindre les objectifs officiels de 2020, a annoncé vendredi la fédération France Energie Eolienne (FEE). — Philippe Huguen AFP

Les raccordements d'éoliennes en France ont diminué de 15% en France en 2013, et sont très en-dessous du niveau nécessaire pour atteindre les objectifs officiels de 2020, a annoncé vendredi la fédération France Energie Éolienne (FEE).

L'an passé, 631,2 mégawatts ont été raccordés au réseau électrique national, contre 741 mégawatts en 2012, indique la FEE dans un communiqué.

2013 est donc la troisième année de baisse consécutive, loin du sommet de 2010 (1.257 mégawatts) et même du niveau de 2011 (830 MW).

«Le bilan 2013 est mauvais. Attention, sans sursaut vigoureux, c'est toute notre filière industrielle et les 11.000 emplois que nous avons créés qui en pâtiront», avertit le nouveau président de la FEE, Frédéric Lanoë, même si «l'année qui débute s'annonce plus engageante».

Le parc a atteint 8.465 mégawatts fin décembre 2013, soit une croissance annuelle de 8%.

1.300 mégawatts doivent être installés chaque année

Pour atteindre les 19.000 mégawatts d'éolien terrestre en 2020, comme prévu par le Grenelle de l'Environnement, 1.300 mégawatts doivent être installés chaque année. Au rythme actuel, l'objectif ne serait atteint qu'en plus de seize ans, soit vers 2030.

L'an passé, le danois Vestas a été le premier constructeur sur le marché français, avec 244 mégawatts et 39% de parts de marché, devant les allemands RePower (21%), Enercon (19%), Nordex (9%), l'espagnol Gamesa (9%) et l'allemand Siemens (3%).

Les chiffres officiels du ministère sur l'éolien et le photovoltaïque en France en 2013 sont attendus en février.

L'éolien terrestre est après la grande hydroélectricité, la source d'électricité la moins chère, dans une fourchette de coûts d'environ 60 à 70 euros du mégawattheure. Il produit environ 4% de l'électricité consommée en France, rappelle la FEE.

La fédération réitère son appel à «sécuriser» juridiquement le tarif d'achat pour l'éolien en France (82 euros par mégawattheure), menacé d'annulation après avoir été considéré comme une aide d’État par la justice européenne. La France essaie actuellement de «notifier» son mécanisme à Bruxelles, afin de le pérenniser.