Antarctique: Fin de la saga des navires piégés dans les glaces

ENVIRONNEMENT Elle s'est achevée ce mercredi...

20 Minutes avec AFP
— 
La saga de Noël en Antarctique, avec ses navires piégés dans les glaces et leurs passagers tuant le temps parmi les manchots, s'est achevée mercredi après la libération par ses propres moyens du bateau russe.
La saga de Noël en Antarctique, avec ses navires piégés dans les glaces et leurs passagers tuant le temps parmi les manchots, s'est achevée mercredi après la libération par ses propres moyens du bateau russe. — Andrew Peacock footloosefotography.com

La saga de Noël en Antarctique, avec ses navires piégés dans les  glaces et leurs passagers tuant le temps parmi les manchots, s'est  achevée ce mercredi après la libération par ses propres moyens du bateau  russe.

«L'enfer blanc»

Une complexe opération de secours pilotée par l'Australie aura  mobilisé pendant deux semaines d'importants moyens en hommes et en  matériel pour tenter de dégager le MV Akademik Chokalskiï, bloqué à une  centaine de kilomètres à l'est de la base française Dumont d'Urville.

Après l'Astrolabe français et l'Aurora australien, au gabarit trop  modeste pour fendre l'épaisse banquise, le brise-glace chinois Xue Long  («Dragon des neiges») s'est aventuré au plus près du navire russe malgré  le blizzard et les icebergs dérivants.

Son hélicoptère a permis l'évacuation la semaine dernière de ses 52  passagers, touristes et scientifiques, vers l'Aurora, mais le Xue Long  s'est retrouvé à son tour prisonnier de «l'enfer blanc».

Libérés des glaces

Pékin a annoncé mardi qu'il avait fini par se frayer un chemin jusqu'à des eaux où il pouvait naviguer librement.

Et l'Autorité australienne de sécurité maritime (Amsa) a confirmé mercredi la mise en mouvement de l'Akademik Chokalskiï.

L'Antarctique attire des chercheurs du monde entier

Quant au groupe de scientifiques, touristes et journalistes évacués à  bord de l'Aurora, il est attendu en Australie dans une quinzaine de  jours.

>> A lire ici en Antarctique, le réchauffement s'accompagne d'une extension de la banquise 

L'opération coordonnée par l'Australie avec l'aide de la France, de  la Chine, de l'Allemagne et des Etats-Unis «est un bon exemple de la  coopération multilatérale dans les opérations en Antarctique», a  souligné le patron de l'Amsa, Mick Kinley.

Territoire international, l'Antarctique attire des  chercheurs du monde entier, notamment des spécialistes du climat, mais  aussi un nombre croissant de touristes.

>> Retrouvez ici notre article Antarctique: Une réunion cruciale pour instaurer des sanctuaires marins

Ils étaient environ 4.000 par an au début des années 90 à vouloir  admirer manchots, phoques et baleines dans le décor virginal des mers  australes, contre 30.000 aujourd'hui.