Un camion de déchets nucléaires accidenté dans l'Aube

© 2013 AFP

— 

Un camion transportant des déchets très faiblement radioactifs à destination du centre de stockage de Morvilliers (Aube) a été accidenté mardi matin dans la commune d'Arsonval sans conséquence pour son chargement, a-t-on appris mercredi auprès de l'Andra.
Un camion transportant des déchets très faiblement radioactifs à destination du centre de stockage de Morvilliers (Aube) a été accidenté mardi matin dans la commune d'Arsonval sans conséquence pour son chargement, a-t-on appris mercredi auprès de l'Andra. — Olivier Laban-Mattei AFP

Un camion transportant des déchets très faiblement radioactifs à destination du centre de stockage de Morvilliers (Aube) a été accidenté mardi matin dans la commune d'Arsonval sans conséquence pour son chargement, a-t-on appris mercredi auprès de l'Andra.

Le camion qui transportait de la terre très faiblement radioactive provenant du site de fabrication de combustibles pour les réacteurs nucléaires d'Areva à Romans (Drôme) a glissé sur une plaque de verglas dans le village d'Arsonval et s'est mis en travers de la chaussée, a-t-on expliqué à l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Seul le tracteur a été endommagé dans l'accident, le chauffeur n'a pas été blessé et les deux conteneurs protégeant les sacs de terre sont restés intacts, a-t-on précisé de même source.

La gendarmerie a sécurisé les lieux une partie de la matinée en attendant un dépannage qui a permis l'acheminement de la remorque vers le centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (Cires) de Morvilliers.

Dans ce site de 46 hectares, l'Andra stocke depuis 2003 les déchets de très faible activité (Tfa) qui proviennent essentiellement de l'exploitation ou du démantèlement des installations nucléaires françaises.

Les colis qui arrivent par convois routiers sans escorte particulière, selon l'Andra, sont stockés dans des alvéoles creusées dans l'argile et protégées par des toits démontables en forme de tunnels.

Depuis 2012, le Cires entrepose également des déchets non électronucléaires issus de plusieurs filières industrielles, de la recherche, des hôpitaux ou des laboratoires pharmaceutiques.