Phoques: L'OMC donne raison à l'UE contre le Canada et la Norvège

PLANETE L'OMC a donné raison lundi à l'UE, qui a imposé en 2010 un embargo sur les produits dérivés du phoque...

avec AFP

— 

Le gouvernement canadien va faire appel de la décision de l'OMC, qui a maintenu lundi l'embargo de l'Union européenne sur les produits dérivés du phoque, Ottawa reconnaissant qu'il répondait en partie "aux préoccupations morales du public".
Le gouvernement canadien va faire appel de la décision de l'OMC, qui a maintenu lundi l'embargo de l'Union européenne sur les produits dérivés du phoque, Ottawa reconnaissant qu'il répondait en partie "aux préoccupations morales du public". — Carmen Jaspersen DPA

L'OMC a donné raison lundi à l'UE, qui a imposé en 2010 un embargo sur les produits dérivés du phoque, au grand dam du Canada et de la Norvège, selon une décision du panel (groupe d'experts), en charge du dossier et publiée lundi.

Dans cette décision, l'OMC reconnaît que les règles européennes répondent «dans une certaine mesure aux préoccupations morales du public de l'UE concernant le bien-être des phoques».

>> L'acteur Jude Law s'engage pour les phoques

La Fondation Brigitte Bardot s'est immédiatement félicitée de cette décision. «C’est une position historique de l’OMC puisqu’elle reconnaît désormais le bien-être animal comme préoccupation morale, citoyenne, pouvant justifier des mesures commerciales contraignantes», indique la Fondation dans un communiqué.

«L’UE est dans son droit lorsqu’elle refuse d’importer et commercialiser les produits issus de la chasse aux phoques, elle l’a déjà fait pour les fourrures de chiens et de chats sans que cela ait entraîné un recours de la Chine auprès de l’OMC», a ajouté la Fondation.

Méthodes cruelles

Le Canada et la Norvège contestaient l'interdiction de l'UE. Les deux pays peuvent faire appel de la décision de l'OMC. Le panel a mis 6 mois pour rédiger son rapport et a organisé deux auditions en audio-conférence, une procédure rarement utilisée à l'OMC, permettant aux intéressés d'écouter les débats.

L'embargo européen, entré en vigueur en 2010, a été décidé sous la pression des défenseurs des animaux qui dénonçaient la cruauté des chasseurs de phoques.

L'UE juge cruelles les méthodes de chasse utilisées, notamment l'usage de l'hakapik, une sorte de massue dotée d'un pic en métal utilisée pour assommer les phoques avant qu'ils soient dépecés. Selon les critiques, il arrive que les pinnipèdes soient dépecés alors qu'ils sont encore conscients.

Le Canada et la Norvège, qui tuent chaque année des dizaines de milliers de phoques, affirment quant à eux que la chasse se fait sans cruauté.