Corinne Lepage: «La Corse peut devenir la première région autonome en énergie»

FESTIVAL DU VENT La députée européenne est à Calvi pour faire connaître l'économie circulaire...

Propos recueillis par Audrey Chauvet, à Calvi

— 

Corinne Lepage, candidate Cap21 à la présidentielle, le 20 février 2012 à Paris.
Corinne Lepage, candidate Cap21 à la présidentielle, le 20 février 2012 à Paris. — J. Brinon/AP Photo

Et si l’économie tournait un peu en rond ? Au Festival du vent, l’économie circulaire trouve de nombreux défenseurs. Parmi eux, la députée européenne Corinne Lepage, présente ce vendredi à Calvi pour parler de cette nouvelle forme de coopération économique.

L’économie circulaire est-elle une manière de sortir de la crise actuelle?

Oui, car elle a une forte dimension territoriale. C’est un fort outil de développement de l’emploi local car la boucle économique se fait sur place. On peut ainsi rendre rentable une activité qui était auparavant exterritorialisée.

On cite souvent un exemple d’économie circulaire au Danemark. A-t-on déjà des exemples en France?

Ce qui se fait au Danemark est de l’écologie industrielle et cela ne représente que 20 à 25% de ce qu’on peut faire avec l’économie circulaire, qui permet de réutiliser la totalité des produits. On en voit déjà des bribes avec les sous-produits de l’agriculture qui sont utilisés pour produire de la biomasse. A Lyon, j’ai également visité une entreprise qui fabrique des produits nettoyants abrasifs à partir d’écorces d’arbres.

Ces démarches relèvent plus de décisions industrielles que politiques, quel est votre rôle là-dedans?

Pour que l’économie marche, il faut que la réglementation le permette et que les prix soient attractifs. Nous pouvons favoriser la réutilisation de produits en favorisant des prix attractifs.

Vous cosignez également un appel pour que toute nouvelle construction en Corse incorpore des panneaux solaires. Est-ce un enjeu majeur?

Oui, car c’est une utilisation intelligente d’une ressource abondante dont on ne fait rien. Le fort esprit insulaire et la spécificité énergétique de la Corse en font un terrain idéal pour cela. Il n’est pas inimaginable que la Corse devienne la première région autonome en énergie de France.