VIDÉO. Chine: «Air-pocalypse» à Harbin après un pic de pollution

Bertrand de Volontat

— 

Pollution à Pékin, le 31 janvier 2013.
Pollution à Pékin, le 31 janvier 2013. — HAP/Quirky China News //REX/SIPA

Nos alertes hexagonales à la pollution vont désormais paraître bien minimes. Harbin, une agglomération de 11 millions d’habitants de la province du Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, s’est retrouvée paralysée par une épaisse chape de pollution. Un phénomène récurrent dans ce pays qui reflète l’ampleur de ses défis environnementaux.

Le responsable, le chauffage domestique

Mercredi, cela fera quatre jours que la ville est paralysée, le brouillard abaissant la visibilité à 10 mètres, forçant la fermeture des écoles et de l'aéroport et entravant le réseau de transports. Un habitant interrogé déclare: «On a mal quand on respire. On ne voit pas grand monde dans les rues et certains mettent trois masques avant de sortir». Le smog devrait s’estomper dans la semaine.

Le brouillard sur Harbin intervient alors que la ville vient de redémarrer son système public de chauffage domestique à l’approche de la période hivernale, particulièrement rude dans cette région frontalière de la Sibérie.

Des niveaux de pollution «hors échelle»

L’indice de pollution atmosphérique atteint a été décrit comme «hors échelle» -l’index chinois de qualité de l’air s’arrête à 500. La concentration de particules fines PM 2,5 (unité de calcul universelle), toxiques pour l'organisme, a atteint le niveau alarmant de 1.000 microgrammes par mètre cube d'air en début de semaine, soit 100 fois le seuil moyen quotidien préconisé par l'OMS de 10, puis 822 ce mardi. «Le fog est moins grave qu'hier, mais c'est toujours dégoûtant», commente une étudiante chinoise. L’organisation considère qu’un niveau supérieur à 300 est considéré comme dangereux pour la santé.

À titre de comparaison, des données recueillies par l'Association pour la qualité de l'air en Ile-de-France (Air Parif), contactée par 20 Minutes, montrent que l'année dernière le taux journalier moyen était de 16 PM 2,5 à Paris, de 29, proche du périphérique et de 32 sur l’autoroute. La valeur limite annuelle fixée par l’Union européenne est de 27. «Le maximum en pic horaire à Paris se place entre 100 et 200. Le sommet enregistré fut de 340 et fit suite à un feu d’artifice à Saint-Cloud proche du périphérique en 2012. Il s’agissait d’un événement ponctuel», explique Air Parif.

La Chine cherche un remède

La Chine voit son environnement menacé par ses nombreuses industries polluantes, son trafic routier en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes. En outre le pays tire plus de 70% de son énergie de la combustion du charbon, ce qui en fait le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre.

La municipalité de Pékin a annoncé jeudi dernier son intention d'instaurer un système de circulation automobile alternée les jours où la qualité de l'air est particulièrement dégradée. Car les touristes commencent à fuir. Pour rassurer ces derniers mais surtout calmer le mécontentement grandissant de la population, les autorités ont annoncé, en juillet, un plan d'urgence: l'Etat va investir 1.700 milliards de yuans (204 milliards d'euros) au cours des cinq prochaines années pour réduire de 25% la pollution de l'air d'ici à 2017.