Les agriculteurs ne veulent plus du loup comme espèce protégée

© 2013 AFP

— 

Un loup photographié à Saint-Martin-de-Vésubie, dans le parc national du Mercantour, le 13 novembre 2012
Un loup photographié à Saint-Martin-de-Vésubie, dans le parc national du Mercantour, le 13 novembre 2012 — Valery Hache AFP

Plusieurs organisations agricoles, dont la FNSEA et les Chambres d'agriculture, demandent au gouvernement de sortir le loup des espèces protégées qui menace, selon eux, le pastoralisme et l'élevage de plein air en France.

La FNSEA, les Jeunes Agriculteurs, l'Assemblée permanente des Chambres d'agriculture (APCA) et la Fédération nationale ovine (FNO) «demandent aux ministres de l’Écologie et de l’Agriculture d’ouvrir le dossier du statut du loup afin qu’il soit rapidement sorti des espèces protégées, tant dans le cadre de la convention de Berne que de la directive habitat de l’Union européenne», écrivent-ils dans un communiqué publié mardi.

Ils exigent en outre «de l’État qu’il mette tout en œuvre pour la réalisation effective de tirs de prélèvements, avant la fin de l’année 2013, pour aller jusqu’au plafond de 24 loups, conformément à l’arrêté du 16 mai 2013».

«Ces tirs doivent être effectifs; y compris pendant la période d’enneigement; y compris dans les cœurs de parcs nationaux qui sont aujourd’hui des lieux de non droit en matière de régulation des prédateurs», poursuivent-ils.

«Il faut sécuriser juridiquement ces prélèvements, notamment dans le cas où ils sont réalisés avec le concours des chasseurs dans le cadre de battues encadrées», selon ces organisations, qui dénoncent le «flou juridique» entourant les arrêtés pris dans les principaux départements concernés.

Les ministères de l’Écologie et de l'Agriculture ont présenté en février un plan loup, qui encadre la protection de cet animal protégé, mais prévoit les conditions permettant d'en abattre dans certaines zones en cas de menaces avérées pour les troupeaux.

L'un des arrêtés fixe à 24 le nombre maximum des loups, dont l'abattage pourra être autorisé pour la période 2013-2014, contre 11 pour 2012-2013. Entre 2008 et 2012, seulement sept loups ont été tués.

Revenu naturellement au début des années 1990 dans les Alpes, le loup est en croissance constante en France (il y en a 250 aujourd'hui), d'où une augmentation des attaques sur les troupeaux d'ovidés (5.848 bêtes tuées en 2012, contre 4.920 en 2011 et 2.680 en 2008).