L'industrie aérienne veut un mécanisme mondial sur les émissions de CO2

© 2013 AFP

— 

L'industrie aérienne a appelé lundi à la création d'un mécanisme mondial obligatoire pour stabiliser ses émissions de CO2 à partir de 2020, craignant que la multiplication de systèmes régionaux, comme la taxe européenne, ne mène à une guerre commerciale entre les compagnies aériennes.
L'industrie aérienne a appelé lundi à la création d'un mécanisme mondial obligatoire pour stabiliser ses émissions de CO2 à partir de 2020, craignant que la multiplication de systèmes régionaux, comme la taxe européenne, ne mène à une guerre commerciale entre les compagnies aériennes. — Laurent Fievet AFP

L'industrie aérienne a appelé lundi à la création d'un mécanisme mondial obligatoire pour stabiliser ses émissions de CO2 à partir de 2020, craignant que la multiplication de systèmes régionaux, comme la taxe européenne, ne mène à une guerre commerciale entre les compagnies aériennes.

Le directeur-général de l'Association internationale des transporteurs aériens (IATA), Tony Tyler, s'est dit "optimiste" sur la possibilité que les Etats membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) s'entendent sur les principes menant à la création d'un tel mécanisme lors de l'assemblée triennale de cette agence spécialisée de l'ONU qui s'ouvre mardi à Montréal.

"Nous avons besoin d'un mécanisme pour que l'industrie paye pour sa croissance après 2020", a déclaré à la presse M. Tyler. "Nous croyons qu'un mécanisme mondial obligatoire de compensation du carbone serait le plus simple et le plus facile à instaurer".

"Nous avons sept ans devant nous pour le mettre en place. C'est faisable (...) si l'assemblée de l'OACI s'entend sur ce qui devrait être fait pour 2020 et entretemps".

Il a reconnu que bien des détails sur le fonctionnement d'un tel système demeurent en suspens, tout en jugeant que celui-ci serait nettement préférable à un ensemble disparate de mesures qui seraient prises par les différents Etats.

"Cela nous ramènerait un an en arrière, au bord de la guerre commerciale", a-t-il dit. Nous pourrions bien assister à une prolifération de mécanismes régionaux de taxes, de charges, de différentes façons de pénaliser l'industrie (pour son empreinte carbone)", a-t-il ajouté.

"Cela pourrait mener à des doublons de mécanismes, parfois contradictoires, en vertu desquels nous pourrions finir par payer deux fois pour la même émission".

Plusieurs pays ont déjà exprimé leur réticence face à un système mondial, dont les Etats-Unis et l'Inde.

L'Union européenne a gelé le 30 avril dernier sa taxe carbone pour les vols intercontinentaux en provenance ou à destination de ses 28 pays membres.

La taxe européenne, censée être en vigueur depuis le 1er janvier 2012, avait provoqué une levée de boucliers de nombreux pays membres de l'OACI, la Chine menaçant même l'UE de mesures de rétorsion à l'encontre de l'avionneur Airbus.

L'UE doit proposer à l'assemblée générale de l'OACI un allègement de son système de taxe sur les émissions de CO2 à condition que les autres régions s'engagent à mettre en place un système similaire d'ici 2016, a indiqué récemment une source européenne proche des négociations.