Madagascar: campagne contre des criquets qui menacent les récoltes

© 2013 AFP

— 

La FAO et les autorités malgaches vont lancer cette semaine une campagne de lutte contre une invasion de criquets migrateurs qui menacent gravement la récolte de riz à Madagascar.
La FAO et les autorités malgaches vont lancer cette semaine une campagne de lutte contre une invasion de criquets migrateurs qui menacent gravement la récolte de riz à Madagascar. — Roberto Schmidt AFP

La FAO et les autorités malgaches vont lancer cette semaine une campagne de lutte contre une invasion de criquets migrateurs qui menacent gravement la récolte de riz à Madagascar.

Selon un communiqué de l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), basée à Rome, ces insectes menacent «la sécurité alimentaire et les moyens d'existence de 13 millions d'habitants, soit près de 60% de la population de l'île».

Les dégâts sur les cultures de céréales, dont le riz (l'aliment de base dans l'île) et le maïs, sont estimés à 70% dans certaines régions.

L'opération va démarrer par des campagnes de prospection aérienne pour «localiser les criquets et délimiter les zones nécessitant un traitement aux pesticides».

Puis, «les opérations de pulvérisation devraient démarrer d'ici fin octobre», après l'arrivée de la saison des pluies, affirme la FAO, qui précise que dans le cas des criquets, la prévention est plus efficace que le traitement.

«Sur les 13 millions de personnes à risque, 9 millions sont directement tributaires de l'agriculture», a souligné Patrice Talla, représentant de la FAO à Madagascar.

La FAO a recueilli 23 millions de dollars pour ce programme, dont le coût total s'élève à 41,5 millions de dollars sur trois ans. Il permettra de traiter plus de 2 millions d'hectares de zones infestées.

Des négociations sont en cours pour trouver les financements manquants.

Cette invasion de criquets a commencé en avril 2012: «de grands essaims, très mobiles, ont endommagé de vastes superficies de terres agricoles et de pâturages, principalement dans le sud du pays», explique encore la FAO.