Solaire et éolien encore à l'arrêt en France au 2e trimestre

© 2013 AFP

— 

Les raccordements de nouvelles éoliennes et de nouveaux parcs solaires se sont effondrés au premier trimestre à des niveaux jamais vus depuis près de quatre ans, selon des chiffres publiés par le ministère de l'Ecologie.
Les raccordements de nouvelles éoliennes et de nouveaux parcs solaires se sont effondrés au premier trimestre à des niveaux jamais vus depuis près de quatre ans, selon des chiffres publiés par le ministère de l'Ecologie. — Anne-Christine Poujoulat AFP

Les raccordements de nouvelles éoliennes et parcs solaires en France ont de nouveau affiché des performances médiocres au deuxième trimestre, avec des niveaux encore au plus bas depuis au moins quatre ans, selon des statistiques officielles publiées vendredi.

Entre avril et juin, le parc éolien français ne s'est accru que de 118 mégawatts, selon le Commissariat général au développement durable. C'est un peu mieux qu'au premier trimestre (80 mégawatts) mais moins qu'au 2e trimestre 2012 (148 mégawatts).

Le score est surtout très loin du rythme d'environ 300 mégawatts par trimestre de 2009-2010 et d'environ 200 constaté en 2011-2012.

La même morosité prévaut côté photovoltaïque: le parc français n'a progressé que de 100 mégawatts au 2e trimestre, soit le niveau atone observé depuis le 4e trimestre 2012 et une chute de 71% par rapport à l'an dernier.

Sur les six premiers mois de l'année, 208 mégawatts ont été connectés, contre environ 770 mégawatts au premier semestre 2012 et autant durant la première moitié de 2011.

Au 30 juin, le parc éolien français affichait une puissance totale de 7.821 mégawatts (+3% par rapport au 31 décembre) et le parc solaire de 4.263 mégawatts (+5%).

Face à cette atonie, l'ex-ministre de l'Energie et de l'Ecologie Delphine Batho avait lancé des mesures de relance en janvier. Mais celles-ci ne devraient pas avoir d'impact avant 2014, selon le gouvernement.

En 2020, la France espère disposer de 19.000 mégawatts d'éolien terrestre. Au rythme du premier trimestre 2013, cet objectif ne serait atteint qu'en 2037, selon un calcul effectué par l'AFP.

Pour le solaire, l'objectif de 5.400 mégawatts au même horizon devrait quant à lui être largement atteint, mais le rythme actuel jette une sérieuse ombre sur la crédibilité de relever cet objectif, sauf importantes mesures de soutien supplémentaires.

Dans un communiqué, le Syndicat des Energies renouvelables (SER) a d'ailleurs jugé que ces chiffres «imposaient un plan de relance».

«Comme nous le craignions, les mesures d’urgence adoptées en début d'année se sont malheureusement avérées insuffisantes pour endiguer la baisse des marchés», a déploré son président Jean-Louis Bal.