Le Portugal attend des renforts pour lutter contre les incendies

© 2013 AFP

— 

Les incendies au Portugal mobilisaient vendredi quelque 1.400 pompiers, dont près de la moitié dans une chaîne de montagne du centre du pays, aidés par six Canadair espagnols et français, selon les services de secours.
Les incendies au Portugal mobilisaient vendredi quelque 1.400 pompiers, dont près de la moitié dans une chaîne de montagne du centre du pays, aidés par six Canadair espagnols et français, selon les services de secours. — Patricia de Melo Moreira AFP

Les incendies au Portugal mobilisaient vendredi quelque 1.400 pompiers, dont près de la moitié dans une chaîne de montagne du centre du pays, aidés par six Canadair espagnols et français, selon les services de secours.

«Les six Canadair français et espagnols ont été dirigés vers l'incendie de Caramulo», une chaîne de montagne du centre du pays, a indiqué à l'AFP Miguel Cruz, porte-parole de l'autorité nationale de la protection civile.

La France, qui a dépêché la semaine dernière deux Canadair, a envoyé un autre avion vendredi, les trois appareils devant renforcer le dispositif portugais jusqu'à mardi. La voisine Espagne a également répondu à l'appel.

«L'Espagne a envoyé trois Canadair. Ils doivent rester dans un premier temps jusqu'à samedi. Demain, nous ferons une nouvelle évaluation de la situation», a précisé M. Cruz. Deux avions espagnols avaient déjà renforcé les secours portugais la semaine dernière puis étaient repartis en raison des feux en Espagne.

Les avions français et espagnols, ainsi que trois hélicoptères bombardiers d'eau, combattaient en début d'après-midi l'incendie de Caramulo, qui sévit depuis trois jours et qui a coûté la vie à une jeune femme pompier jeudi, portant à cinq le nombre de soldats du feu tués depuis le début du mois.

La montagne de Caramulo «risque de devenir un cimetière pour les pompiers. Quand donc cet enfer prendra-t-il fin?», s'est inquiété un responsable des pompiers, cité par le quotidien populaire Correio da manha.

«Je n'ai jamais vu un incendie aussi violent.(...) Tout est couvert de suie. Cela va être difficile de continuer à vivre ici», a déclaré de son côté Maria Sousa, 66 ans.

Dans cette région, les incendies n'ont laissé aucun répit aux combattants du feu dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les habitants du petit village de Santiago de Besteiros, encerclé par les flammes, ont passé de longues heures à aider les pompiers avec des seaux d'eau et des branches, tandis que d'autres assistaient incrédules à la progression de ce brasier avec des chiffons devant la bouche pour se protéger de la fumée, a constaté une photographe de l'AFP.

Vendredi après-midi, un autre foyer important faisait rage à Satao, dans le district de Viseu (centre), où près de 270 pompiers étaient en action, appuyés par quelque 74 véhicules, quatre avions et un hélicoptère.

Plus au nord, l'incendie du parc naturel de Alvao, qui a fait partir en fumée des milliers d'hectares de forêt de pin, a été déclaré maîtrisé.

«La situation devrait rester difficile jusqu'à mardi. La météo prévoit jusque là des températures élevées et un faible taux d'humidité de l'air ce qui risque de compliquer le travail des pompiers», a estimé un responsable de la protection civile.