Des braconniers abattent un rhinocéros dans le parc de Nairobi

PLANETE Le braconnage des rhinocéros et des éléphants est en hausse au Kenya comme en Afrique du Sud...

avec AFP

— 

Des rhinocéros noirs au Kenya.
Des rhinocéros noirs au Kenya. — Blair Roberts / Rex Features

Des braconniers ont tué un rhinocéros dans le parc national de la capitale kényane Nairobi, qui abrite pourtant le quartier général de l'organisme de protection de la faune kényane KWS, a annoncé mardi ce dernier. Ils ont tué leur proie, de l'espèce des rhinocéros blancs, vendredi, illustrant une nouvelle fois à quel point il leur est facile de décimer les grands mammifères kényans.

Le braconnage des rhinocéros et des éléphants est en hausse au Kenya comme en Afrique du Sud, alimenté par une forte demande en cornes et défenses en Asie, notamment au Vietnam. La corne de rhinocéros, qui n'est pourtant composée que de kératine, la même matière que les ongles humains, y est recherchée dans la médecine traditionnelle. Selon le porte-parole du KWS, Paul Udoto, les braconniers ont arraché la corne du rhinocéros avant de prendre la fuite.

Un commerce interdit depuis 36 ans

Le commerce de cornes de rhinocéros est interdit depuis 36 ans. Mais KWS estimait l'an dernier qu'un kilogramme de corne pouvait se vendre jusqu'à 60.000 dollars (environ 45.000 euros) au marché noir. «C'est la première fois qu'il y a un braconnage de la sorte dans le parc en six ans,» a poursuivi Udoto. Selon lui, 35 rhinocéros ont déjà été tués depuis le début de l'année au Kenya, contre 29 sur l'ensemble de 2012.

Le parc national de Nairobi se situe à sept kilomètres à peine du centre-ville. KWS le décrit comme «un écosystème unique, la seule zone protégée au monde proche d'une capitale». D'importantes cargaisons illégales d'ivoire -notamment deux de 1,5 et 3 tonnes en juillet- ont été récemment saisies au port kényan de Mombasa.