Planète

Niveaux records de gaz à effet de serre en 2005, selon l'ONU

L'Organisation météorologique mondiale met en garde contre l'augmentation des gaz à effet de serre

Les concentrations mondiale de dioxyde de carbonne, le principal gaz responsable de l'effet de serre, ont atteint de nouveaux records en 2005, a révélé vendredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM).
Les émissions de gaz responsables de l'effet de serre et donc du réchauffement climatique à partir des industries, du transport et des centrales électriques continuent à augmenter, en dépit des accords internationaux destinées à les limiter, a mis en garde cette agence de l'ONU pour le climat.
"Pour arriver à une simple stagnation des niveaux de CO2, il faudrait des mesures plus draconiennes que celles proposées aujourd'hui par le protocole de Kyoto", a déclaré aux journalistes un des scientifiques de l'OMM, Geir Braathen.
Ainsi la teneur moyenne de l'atmosphère en dioxyde de carbonne (CO2) a atteint l'an dernier 379,1 parts par million (ppm), soit 0,5% de plus qu'en 2004, tandis que les concentrations de protoxyde d'azote (N2O), un autre des principaux gaz à effet de serre, étaient de 319,2 ppm, soit 0,2% de plus qu'un an plus tôt.
Et cette tendance "semble devoir continuer dans l'avenir prévisible", a ajouté M. Braathen.
"L'actuel protocole de Kyoto ne suffira pas à stabiliser" les niveaux de gaz dans l'atmosphère, a-t-il ajouté.
Le traité limite les émissions de six gaz à effet de serre, provenant essentiellement de l'utilisation de pétrole, gaz et charbon, à partir de 2008, pour les 165 pays qui l'ont ratifié. Mais les Etats-Unis - premier émetteur de gaz à effet de serre au monde - et l'Australie ne l'ont pas ratifié, et les pays en développement, dont la Chine, n'ont aucune obligation dans le cadre de cet accord.